On est parti au Pérou : le bilan

Share

 Bilan Pérou

Notre voyage au Pérou en quelques chiffres

Nombre de jours passés au Pérou : 28 jours au lieu des 31 prévus.

Budget dépensé : 1923 euros pour nous deux soit 962 par personne au lieu des 930 prévus, sachant qu’en plus on est resté 3 jours de moins, on a un peu fait péter le budget. Du coup cela nous est revenu à un budget quotidien de 34 euros par personne au lieu de 30.

Nombre de bus pris (on compte aussi les collectivo) : 16

Nombre d’heures passées dans les bus : 104 heures, record battu!!!

Nombre d’hospedajes : 11 + les 3 nuits en tente pour 28 jours

Nombres d’étapes : 11 – Puno – Arequipa – Canyon de Colca – Cusco – Machu Picchu – Nasca – Paracas – Lima – Huaraz – Santa Cruz – Mancora


Et toi tu en as pensé quoi du Pérou?

Quel est ton lieu préféré ?

Nicolas : Au Pérou nous sommes passés de lieux mythiques en lieux mythiques à chaque changement de ville. Mais une ville et ses alentours m’ont tout particulièrement marqués, la ville de Huaraz et la majestueuse cordillère blanche. La ville, même si elle est très moderne en raison de sa destruction en 1970 par un tremblement de terre, est plutôt agréable et sûre. Mais ce sont tous les sommets enneigés à plus de 5000 voire plus de 6000m qui l’entourent qui rendent le site totalement unique. Dès la première randonnée, située à seulement 10min de la ville, nous pouvions observer de loin une grande partie de cette chaine de montagnes, dont le fameux Huascaran culminant à 6768m! Et bien sûr, le meilleur moment de cette semaine dans la région de Huaraz restera le trek de Santa Cruz en 4 jours avec l’arrivée à 4750 mètres d’altitude. Ce lieu m’a beaucoup plu, surtout après quelques semaines passées dans des villes ultra-touristiques,  et m’a donné envie d’y revenir pour atteindre ces hauts sommets, et notamment le Pisco culminant à 5752m.

Solène : Pas de grande surprise, c’est le Machu Picchu!!! Je n’aurais jamais cru qu’un jour je pourrais visiter ce lieu mythique. Malgré la galère pour s’y rendre, une fois que l’on pénètre sur les ruines de cet ancien village Inca, tout est oublié et l’on plonge 500 ans en arrière. En plus comme nous avons eu la chance d’arriver parmi les premiers, nous avons pu profiter du site sans trop de touristes. L’effet de la brume avant que le soleil ne se lève est enchanteur, on se sent coupé du monde, presque dans une autre dimension, puis le site se dévoile timidement et enfin apparaît tout entier, un vrai régal pour les yeux!!! Pour les férus d’Histoire, c’est un vrai plaisir de s’imaginer comment les Incas vivaient ici il y a plusieurs siècles, on ne voit pas le temps passer…

Quel est ton plat préféré ?

Nicolas : La bière en bord de plage ou après une longue randonnée… Je dois avouer que je ne retiendrai pas grand chose de la cuisine péruvienne malgré le fait qu’elle soit une des plus réputées d’Amérique Latine. Comme d’habitude nous avons fait le choix de manger local le plus souvent possible, dans des petits restaurants ou sur les stands des marchés. Il faut certainement pousser la porte de restaurants un peu plus chers pour découvrir cette fameuse gastronomie. Mais je retiens tout de même deux spécialités vraiment excellentes dont une, mon coup de cœur, dont on vous propose la recette ci-dessous. La première est le ceviche de poissons, du poisson mariné dans du citron des épices et beaucoup de piment, le tout accompagné de beaucoup d’oignons rouges, de patate douce et de choclo (gros grains de maïs). Et mon coup de cœur est une brochette de cœur de bœuf mariné dans des épices et grillée au barbecue, les anticuchos. Accrochez vous pour les préparer mais je suis a peu près certain que vous en redemanderez!

Solène : Bon perso je commence à en avoir un peu marre du trio gagnant d’Amérique latine : poulet / patate / riz. Et puis grosse déception nous n’avons pas su saisir la bonne occasion pour manger du cuy (cochon d’inde et ça se prononce couille… On a eu de bons fous rires avec les Péruviens en leur apprenant la signification française). Normalement ils en font aussi en Equateur, j’espère qu’on pourra y goûter. Enfin, heureusement que sur la fin de notre parcours nous avons été en bord de mer et que nous avons pu y manger des poissons et fruits de mer, en numéro 1, ça sera donc les brochettes de crevettes au barbecue de Mancora. Cependant mon vrai coup de cœur gastronomique va au jus frais de fruits de la passion (Maracuja) que l’on peut déguster partout et pour un très bon prix (environ 3 Soles pour 50cl).

Quel est ton meilleur souvenir ?

Nicolas : En dehors du trek de Santa Cruz qui, comme le dit Solène, restera une expérience inoubliable, mon meilleur souvenir est le moment où l’épais brouillard a commencé à se lever sur le Machu Picchu. Nous avons essayé d’arriver au sommet le plus tôt possible pour profiter du site avant l’arrivée des 2500 touristes quotidiens mais aussi pour profiter des brumes matinales sur les ruines. Après une bonne demi-heure dans le brouillard total, le site et les montagnes qui l’entourent ont commencé à apparaître pour finalement laisser place au soleil en milieu de matinée. Ce moment donne au lieu un côté réellement surréaliste et magique à ne surtout pas rater!

Solène : Mon meilleur souvenir et sûrement celui de tout ce voyage pour le moment c’est quand nous sommes arrivés à Punta Union à 4750 mètres d’altitude lors du trek de Santa Cruz. Comme beaucoup le savent, je ne suis pas une grande sportive donc pour moi ce n’est pas loin de l’exploit que d’être montée aussi haut. En plus de la fierté (oui oui je n’étais pas peu fière en arrivant en haut) et de la joie, le paysage récompense largement les efforts fournis. Un moment exceptionnel et je conseille vivement à toutes les personnes voyageant au Pérou de faire ce trek, vous en prendrez plein les yeux et passerez 4 jours inoubliables.

Quel est ton pire souvenir ?

Nicolas : Globalement je dois dire que tout s’est très bien passé au Pérou. Aucun gros problème, pas de maladie à part une journée au lit pour indigestion après avoir dévoré un demi-kilo de popcorn dans le bus (pas malin), pas de Zika, aucune mauvaise rencontre, aucun accident… Bref rien de croustillant à raconter dans cette rubrique et j’espère que ça va continuer!

Solène : Pour le moment tout se passe bien pour nous, on n’a pas de grosse galère et c’est tant mieux. Cependant s’il y a bien une chose dont j’aurais pu me passer au Pérou ce sont les 6h de mini bus en direction du Machu Picchu. La route est très très sinueuse et à l’aller notre chauffeur se prenait pour un pilote, pour ne rien arranger j’étais à la place du milieu tout au fond du mini bus et sans ceinture… J’ai cru que j’allais vomir et à plusieurs reprises que nous allions finir au fond du fossé, franchement ce n’était pas une partie de plaisir. Donc si vous avez les moyens de prendre le train qui réalise ce parcours, épargnez-vous les 6h de l’horreur, conseil d’amie 😉 .

As-tu été surpris par quelque chose ?

Nicolas : En arrivant de la Bolivie et du Chili où nous avons pu visiter à peu près tous les sites en autonomie, j’ai été assez surpris par l’organisation touristique au Pérou. Ici tout est fait pour que nous passions par des agences pour les excursions ou par des guides lors des randonnées ou balades. Ces derniers sont d’ailleurs très souvent obligatoires même pour effectuer de simples promenades sur des sentiers bien balisés. Le point positif est que les Péruviens ont réellement su profiter des atouts touristiques de leur pays, qu’ils font d’ailleurs payer très chers, mais ce n’est pas forcément le type de visites que nous préférons. Bien sûr, il est souvent possible de trouver des alternatives aux agences mais les trajets deviennent alors très compliqués et surtout très longs.

Solène : D’être autant prise pour un pigeon!!! C’est hallucinant, surtout dans le sud du pays, touriste = vache à lait. Aucune pitié, les Péruviens vous soutireront jusqu’à votre dernier denier. Après le Chili et la Bolivie où les prix sont corrects et où les habitants sont d’une grande honnêteté, cela fait un peu bizarre de se faire arnaquer dans tous les sens et de devoir vérifier attentivement chaque prix, au cas où une taxe mystère s’y serait glissée. Au bout d’un moment on fini par s’y habituer mais ce n’est jamais très agréable.

Qu’as-tu pensé des Péruviens ?

Nicolas : Comme je le disais juste au dessus, le tourisme est très encadré donc les rencontres et discussions ont surtout eu lieu avec les guides. Le second tour des élections présidentielles ayant lieu début juin, les discussions ont en majorité tourné autour des deux candidats, tous pourris pour 100% des Péruviens avec qui nous avons discuté, et autour des difficultés et atouts du pays. Je retiens surtout les discussions avec quelques jeunes guides qui avaient tous le même discours: le pays est plein de ressources mais rien ne revient à la population en raison de la corruption. Les montagnes sont vendues au entreprises minières qui ne reversent presque rien à l’Etat, tous les services sont privés et la population n’a pas les moyens de les payer. Ces jeunes ne souhaitent qu’une chose, une révolution de la population dès que possible pour tout changer… Et ils rêvent à la place du modèle français dont ils connaissent surtout les services publics. Je retiens donc des Péruviens leur accueil toujours très agréable et l’envie des jeunes de voir leur pays se développer et profiter pleinement de ses nombreuses richesses.

Solène : Si on met de côté l’aspect business, ce sont des personnes très agréables. Après la Bolivie, nous avons eu la joie de retrouver des gens souriants et surtout dotés d’un grand sens de l’humour. Sinon on retrouve un peu les mêmes caractéristiques que dans tous les pays d’Amérique du Sud que nous avons visité jusqu’à présent, désolée pour les Péruviens mais ils vont prendre pour les autres… Ils sont bruyants : vous prenez un colectivo, vous pouvez être sûr qu’en plus de la musique du chauffeur vous aurez un, voire deux, téléphones portables qui diffuseront leur propre musique / Ils sont d’une logique imparable : vu sur une bouteille de coca “1 demi litre = 650 ml” et ce n’était pas une promotion / Ils sont d’une organisation hors du commun : dans chaque bus que nous avons pris, ça n’a pas manqué, des places avaient été vendues en double… Bon j’en garde un peu pour les prochaines destinations 😉 . Une grande différence par contre avec la Bolivie c’est qu’ils critiquent ouvertement et sans problème la politique de leur pays, nous avons pu avoir de vraies discussions sur des thèmes politico-sociaux-économiques, notamment avec nos guides, sans avoir l’impression d’entendre la propagande de tel ou tel parti. D’ailleurs j’ai vraiment apprécié ces discussions où l’on pouvait parler ouvertement et pendant lesquelles nous en avons beaucoup appris sur l’histoire, les coutumes et la situation actuelle du Pérou.

Ton bilan en quelques mots :

Nicolas : Le Pérou est un très grand pays et un mois ne suffit clairement pas pour en explorer toutes les régions donc nous nous sommes contentés des sites les plus connus. Et s’ils sont aussi connus c’est tout simplement car ils sont réellement exceptionnels! Les pays visités auparavant nous avaient permis de prendre le temps de vivre un peu comme les locaux, faire les marchés, se promener dans les villes et villages, découvrir les spécialités de chaque région. Au Pérou le voyage a été beaucoup plus axé sur la visite de ces nombreux sites incontournables pour un premier séjour. Ce mois a aussi été l’occasion de réaliser nos premiers treks, le canyon de Colca et la semaine dans la Cordillère Blanche, qui m’ont donné envie d’en faire plus régulièrement dans les prochains pays que nous visiterons. C’est un bon moyen de s’échapper de l’agitation touristique entre deux lieux mythiques tout en découvrant des paysages exceptionnels. Et après s’être approchés si près des 5000 mètres il serait dommage de ne pas les dépasser! Pour résumer ce troisième mois de voyage, il me parait indispensable de prévoir un second séjour au Pérou.

Solène : Le Pérou est un pays fantastique : le Machu Picchu, Nasca, la cordillère blanche et j’en passe, ses habitants sont très gentils mais quel dommage que toutes les infrastructures touristiques vous pompent jusqu’à la moelle. C’est le seul bémol de notre voyage dans ce pays. Mais si on fait abstraction de cela, une fois de plus on peut vraiment dire qu’on en a pris plein les yeux. C’est la première fois que je trouve qu’il nous a manqué du temps, un mois pour tout faire c’est un peu juste, nous avons dû remonter vers le nord trop rapidement et faire l’impasse sur certaines choses. Ici tout est exceptionnel, parfois je ne savais plus où donner de la tête et choisir entre telle ou telle option devenait cornélien. Ce pays possède une flore et une faune hors du commun, on s’est autant régalé en observant les paysages qu’en cherchant des yeux nos pingouins Humboldt. Et encore nous n’avons pas été en Amazonie où la vie animale, y est apparemment exceptionnelle (note pour plus tard : retourner au Pérou pour visiter la forêt amazonienne).

Et les Péruviens ils en pensent quoi de la France ?

Nous : Avec le contexte des élections présidentielles nous n’avons pas tellement parlé de la France. La plupart de nos discussions étaient centrées sur qui allait devenir le nouveau président péruvien. Il faut dire que de nos yeux c’était un sujet très surprenant étant donné que Keiko, la fille de l’ancien président Fujimori en prison pour violation des droits de l’homme, était une des 2 candidats en lice. Sachant que son discours sur les actions de son père n’est pas très clair, dur pour nous d’imaginer qu’elle galvanise autant les foules. Nos guides étaient souvent dépités en nous expliquant qu’ils avaient le choix entre Keiko et PPK, un octogénaire américain, eux auraient préféré au moins que le choix des candidats se fasse entre des “vrais” péruviens. Au final la France est passée à la trappe et puis de manière générale les Péruviens se sont montrés beaucoup moins curieux que les Boliviens sur nos façons de vivre.


Ce soir on mange péruvien

L’été arrive (mais si, il va bien finir par arriver aussi en France), il fait chaud, ça sent les piques-niques et surtout les barbecues!!!! On vous propose donc des Anticuchos 🙂 Oubliez vos réticences, vous allez voir c’est un délice.

Les ingrédients (4 personnes) :

  • 1 cœur de bœuf dénervé et préparé par votre boucher
  • du piment (classique ou d’Espelette selon vos goûts)
  • 8 gousses d’ail (5 pour la marinade + 3 pour la sauce)
  • 15 cl de vinaigre de vin
  • une demie cuillère de poivre
  • une demie cuillère de cumin
  • sel
  • 1 sachet de coriandre fraiche
  • 1 citron vert
  • 1 oignon rouge
  • 1 tomate
  • 4 grosses pommes de terre
  • 4 épis de maïs
  • des piques à brochettes

Préparation du cœur de bœuf : Attention il doit bien être préparé par votre boucher (dénervé et dégraissé). Coupez le cœur de bœuf en morceaux d’environ 3 à 4 cm. Préparation de la marinade : Hachez finement 5 gousses d’ail et le piment. Puis les mélanger avec le vinaigre, le sel, le poivre et le cumin. Y ajouter les morceaux de cœur de bœuf et laissez reposer au frigo minimum 2 heures et idéalement une nuit complète. Préparez les brochettes et faites les griller au barbecue. Accompagnez vos brochettes d’une pomme de terre et d’un épis de maïs que vous pouvez faire cuire soit à l’eau soit au barbecue dans un papier aluminium. Préparation de la sauce : Mixez du piment (à doser selon vos envies), la coriandre, 3 gousses d’ail avec 1 demi verre d’eau et le jus de citron vert jusqu’à l’obtention d’une purée. Coupez en très petits morceaux l’oignon et la tomate et les ajouter au mélange. BON APPETIT!!!

Pour les moins téméraires, la recette du jus de fruits de la passion:

Pour 2,5 L prenez 6 fruits de la passion, coupez les en deux et extrayez les pépins et la pulpe du milieu que vous mettez dans un mixer, y ajoutez 2 à 3 fois le volume en eau. Mixez, mais pas trop pour ne pas faire exploser les pépins puis passez le mélange au tamis. A mettre au frigo et à savourer bien frais.

7 commentaires :

  1. Oh la la ,déjà une idée précise ,vous pensez revenir au Pérou .suivez votre voyage d autres merveilles vous attendent .

  2. Bravo solene tu es une grande sportive , je prends mes quartiers d ete a ty me dimanche iza devient bavarde jepense beaucoup a vous vos photos sont toujours superbes et les commentaires super bisous

  3. Vous m’avez époustouflé avec des photos de rêve ! Dur de se concentrer au bureau quand le Machu Picchu arrive au milieu d’un fichier…
    Et cette photo à 4750 m ! Pour une non sportive, je trouve que Solène assure 🙂 (et c’est totalement impartial !)
    Bisous

    • Solène et Nicolas

      C’est vrai que Solène a vraiment assuré pour un premier trek en montagne! Une belle première expérience qui va nous être utile pour l’Equateur et ses nombreuses randonnées

  4. Je vais tester la recette d anticuchos au barbecue si je trouve un coeur de boeuf chez un boucher! Je vous raconterai.
    Quant aux Cuys, un Peruvien m a dit que c etait réellement delicieux, un plat de luxe a ne pas manquer de deguster… Lors de votre prochain sejour.. . Il parait que Ceux de la photo sont petits Peut etre qu’ ils vont se promener jusqu’en Equateur mais j imagine que d autres specialités vous attendent.
    Bisous

    • Solène et Nicolas

      Oui tu devrais pouvoir trouver ça facilement! Pour les cuys on a encore une chance d’en manger, on peut aussi en trouver en Equateur et notamment à Baños où nous sommes actuellement. Photos et critiques gastronomiques dans le prochain article…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.