Cusco et le Machu Picchu : au cœur de l’empire Inca

Share

Départ d’Arequipa pour Cusco – 10h de bus et pour notre plus grand bonheur nous retrouvons un bus top class : toilettes à bord et sièges inclinables. On se croirait presque dans l’avion quand l’hôtesse nous apporte notre plateau repas. « Presque » parce que la route est assez sinueuse et que notre chauffeur n’y va pas de main morte côté vitesse. Nous sommes pris d’un fou rire lorsque nous découvrons notre dîner : des spaghettis avec sauce!!!! Oui, ils n’ont rien trouvé de plus simple à manger dans un bus qui ferait passer le train de la mine pour une promenade de santé.

Nous arrivons à destination vers 6h du matin. Cusco est à 3400 mètres d’altitude, bien-entendu parcourue d’escaliers (sinon cela serait trop simple), avançant avec nos gros sacs à dos de si bon matin, nous avons rapidement le souffle court.

Heureusement nous trouvons directement un logement dans le quartier San Cristobal, avec de surplus une vue magnifique sur la ville.

Cusco - Vue sur la ville

Le voyage en bus après le canyon de Colca nous a mis KO, pour cette première journée le programme est léger : balade dans le centre historique et dodo, d’autant plus que demain nous partons en direction du Machu Picchu.

Le Machu Picchu

Comment aller au Machu Picchu sans s’endetter sur 10 ans ? On y a beaucoup réfléchi et on n’a pas vraiment trouvé de solution miracle.

Notre option : bus pendant 6h30 jusqu’à la fin de la route à Hidroelectrica, de là longer la voie de chemin fer à pied sur 10km jusqu’à Aguas Calientes, la ville où tout le monde se retrouve de toute façon. C’est ce qu’on a trouvé de mieux pour optimiser le ratio temps / argent (et oui mine de rien le temps passe vite et nous devons avancer).

Donc départ en minibus de Cusco vers 8h du matin. Nous rencontrons un charmant couple de Bordelais, Sonia et Mathieu en vacances au Pérou, avec qui nous ferons toute la route. En parlant de route justement, celle que nous prenons tourne et tourne dans tous les sens. Le paysage est magnifique encore faut il avoir l’estomac et le cœur bien accrochés pour pouvoir l’admirer. Nous avions vu de nombreux témoignages où les gens prenaient le bus à l’allée et le train au retour… Maintenant on comprend pourquoi. Enfin arrivés à la fin de la route, nous commençons notre balade le long de la voie ferrée.

Nous sommes redescendus en altitude, le climat est plus humide, nous retrouvons de très beaux paysages de forêt tropicale.

MP - Paysage le long de la voie de chemin de fer

Après 2h30 de marche nous arrivons à Aguas Calientes. C’est la ville de départ pour le Machu Picchu, on accède à celui-ci soit par bus en 20 min soit à pied en montant des marches pendant 1h – 1h30… On opte pour le bus même si pour le coup c’est un peu hors budget. Mais pour le moment c’est juste l’heure de prendre une bonne bière avec Sonia et Mathieu, le Machu Picchu c’est pour demain matin.

Réveil 4h45 pour pouvoir prendre les premiers bus qui mènent au Machu Picchu. Nous voulons éviter les hordes de touristes et comme notre minibus repart à 14h45 nous voulons avoir le temps de profiter du lieu sans se presser. Eh ben on n’est pas les seuls à avoir eu cette idée et nous ne sommes pas les premiers dans l’ordre d’arrivée mais alors de loin. Heureusement les bus tournent à plein régime et nous arrivons au Machu Picchu vers 6h30.

Au début on ne distingue pas grand-chose si ce n’est le sommet des montagnes qui nous entourent car le site est dissimulé sous une épaisse brume. Cela crée une atmosphère un peu mystérieuse.

Puis au fur et à mesure, le jour se lève, les rayons du soleil traversent la brume, elle commence à disparaitre et à nous révéler le site dans toute sa splendeur.

MP - Vue sur les terrasses

Il fait complètement clair maintenant et nous en prenons plein les yeux, c’est magnifique. On repense à tout le trajet qu’on a fait pour venir ici et on se dit que ça en vaut vraiment le coup ! Mais surtout on se demande « mais comment les Incas ont-ils pu venir jusqu’ici et construire tout ça ? » parce que déjà aujourd’hui au 21ème siècle c’est loin de tout et pas facile d’accès alors à l’époque… En observant nous repartons 500 ans en arrière…

MP - Vue sur le Machu Picchu

Nous trouvons un petit coin tranquille d’où nous pouvons observer l’ensemble du site, et on se retrouve rapidement en bonne compagnie.

MP - Solène, Nicolas et le lama

L’histoire de ces adorables lamas n’est pas très gaie, sortez vos mouchoirs. Pour faire plus exotique les Péruviens ont amené des lamas au Machu Picchu. Seul problème, les lamas vivent sur l’altiplano à 4000 mètres où les herbes qu’ils mangent sont sèches et dures. Le Machu Picchu se trouve à un peu plus de 2000 mètres, l’herbe y est humide et molassone. La plupart des lamas sont donc morts et ceux que vous voyez sur les photos sont des survivants qui maintenant mangent de tout. Attention si vous sortez une banane de votre sac c’est une dizaine lamas qui vous courent dessus. Régulièrement ils font le tour des touristes pour voir s’il y a un truc sympa à grignoter. C’est ça qui nous a valu leur visite même si pour notre part nous n’avions rien car normalement la nourriture est interdite sur le site.

Laissant à regret le Machu Picchu et les lamas derrière nous, nous repartons le long de notre voie de chemin fer.

Notre minibus est là et c’est reparti pour 6h30 de route. De retour à Cusco dodo et demain matin grasse mat !

Aujourd’hui nous retournons nous balader un peu en centre ville de Cusco. Nous commençons par aller voir des murs qui datent de l’empire Inca. Dans plusieurs rues soit les murs sont encore apparents soit en dessous des constructions actuelles.

Puis il est déjà l’heure de déjeuner donc nous allons au marché. Bon en toute honnêteté avec vous, Solène commence à être un peu en dépression gastronomique, elle rêve de nourriture française et sa dernière lubie c’est la quiche lorraine… Mais au menu ça sera poulet/riz, comme d’habitude.

Nous nous rendons ensuite au musée Inka qui se trouve dans une maison de style colonial. On peut y voir de nombreuses pièces des civilisations pré-incas et Inca. Il faut savoir qu’en fait l’empire Inca n’a régné « que » 100 ans avant l’arrivée des Espagnols, très courte période par rapport à la grandeur de tout ce qu’ils ont pu réaliser.

Petit moment historique : en fait les Incas étaient juste l’élite régnant sur un empire, qui à son apogée, allait du sud de la Colombie au milieu du Chili. Le mot Inca signifie « chef ». Il faut faire la différence avec le reste du peuple qui quant à lui était constitué d’indiens asservis et dont les rebellions étaient durement réprimandées par les Incas. Ainsi quand les Espagnoles sont arrivés, ces indiens qui étaient brimés, ont vu là une occasion pour se libérer du joug Inca et les ont donc aidés à prendre le pouvoir et à renverser l’Inca suprême. Puis la classe dirigeante Inca s’est mélangée aux Espagnols, a pris leurs us et coutumes et les peuples indiens, eux grands perdants, se sont retrouvés soumis à un esclavage encore plus féroce que celui qu’ils avaient connu jusqu’alors.

Après tout cet apport de savoir, nous avons bien mérité un goûter et justement nous tombons sur une boulangerie française !!! Un bon pain au chocolat avec un jus d’ananas pour Nicolas et de passion pour Solène et déjà on se sent requinqué. On flâne encore un peu en ville puis le soleil se couche déjà.

Pour notre dernière journée nous allons visiter deux lieux emblématiques de la vallée sacrée qui se trouve à environ 1h de Cusco en colectivo. Le premier : les ruines de Moray et le second les salines de Maras. Arrivés à Moray nous sommes dépités, il faut acheter un billet pour la visite de 4 sites archéologiques au prix unique de 70 soles par personne. On n’a pas le choix sauf que nous avons juste le temps pour Moray et que le reste ne nous intéresse pas. Et puis du coup 70 soles ça fait 20€ juste pour une visite…On est énervé contre ce système car depuis qu’on est arrivé à Cusco les touristes sont pris pour de vraies vaches à lait. On en a marre d’être abordé toutes les 30 secondes dans la rue pour : un massage (qui la nuit tombée se transforme en passe), un porte clé, un restaurant, une visite, de la drogue etc… On en a marre de devoir faire attention à tous les prix, de vérifier qu’on ne se fait pas pigeonner comme cette taxe de « servicio » sortie de nulle part dans certains restaurants. Là c’est un peu la goutte d’eau de trop. Donc si vous voulez voir à quoi ressemble les ruines de Moray, faites comme nous, cherchez sur google ! Direction les salines de Maras. Heureusement le paysage est magnifique et notre taxi très sympathique cela nous permet d’oublier notre mésaventure. Arrivés aux salines, tout mauvais souvenir est effacé, le lieu est stupéfiant, des étages de sel à perte de vue en pleine montagne.

Maras - Salines 1

Nous descendons nous promener entre les bassins, l’eau qui les irrigue vient d’une source salée à 60%. Nicolas goûte, en effet, c’est salé ! Les terrasses les plus anciennes datent de l’époque pré-incas et donc furent par la suite utilisées par ceux-ci. Aujourd’hui on compte 4000 bassins encore utilisés pour la production de sel par les habitants de Maras.

Puis nous repartons pour Cusco, on s’arrête en chemin pour déjeuner dans le village de Chinchero afin d’avoir un menu qui n’est pas hors de prix. On est content c’est bon, complet et pas cher et nous avons même le droit à une patte de poulet dans notre soupe. Ce soir nous prenons le bus en direction de Nasca et de ses célèbres lignes, 14h de trajet en perspective.

Pour plus de photos, on vous laisse jeter un coup d’œil.


Pratique

Période : du 16 au 20 mai

Trajet Arequipa – Cusco : Le trajet dure 10h et nous vous conseillons donc de le faire de nuit. Par contre la route est vraiment sinueuse et ne vous permettra certainement pas de passer une nuit reposante. Afin de mettre toutes les chances de notre côté, nous avons opté pour la compagnie Tepsa avec sièges ultra-inclinables et service à bord. Mais nous avons rapidement compris que ces critères ne sont pas les seuls à prendre en compte. Tout d’abord, si votre bus est à deux étages, préférez celui du bas. Les virages se ressentent beaucoup moins ! Et surtout choisissez si possible une compagnie avec deux chauffeurs comme nous allons le faire maintenant lors des longs trajets. Cela vous évitera de vous retrouver avec un chauffeur conduisant 10 heures sans la moindre pause. La compagnie réunissant tout ces critères, mais bien sûr un peu plus chère, est Cruz del Sur. Nous allons la tester lors de notre prochain trajet et vous dirons ce que nous en avons pensé.

Hostel Resbalosa, Cusco : Situé à 300 mètres de la Plaza de Armas dans la rue piétonne qui monte à l’église San Critobal, attention ça grimpe très sec ! Les chambres ne sont pas très grandes mais propres et pour certaines avec une superbe vue sur Cusco. Eau chaude en permanence, WIFI et petit-déjeuner inclus servi sur le toit avec vue sur la ville. L’accueil est super agréable et le couple de gérants pourra vous mettre en relation avec une agence pour organiser vos excursions et notamment votre visite du Machu Picchu. Comptez 60 soles la nuit pour une chambre avec salle de bain partagée.

Où manger à Cusco ? La plupart des restaurants sont très largement plus chers et pas forcément meilleurs que les restaurants locaux. On a donc évité le plus possible les restaurants qui affichent l’arnaque directement sur leur porte « Restaurante turistico ». On a donc seulement deux adresses à vous proposer et la première est, sans surprise, le marché San Pedro ! Il se situe à 5 minutes de la Plaza de Armas et vous permettra de déjeuner pour seulement 4 soles : soupe bien garnie comme d’habitude et un gros plat au choix. Faites le tour des dizaines de stands pour trouver le plat qui vous inspire le plus. La deuxième adresse est une boulangerie tenue par une française, la Panaderia Qosqo Maki située 525 calle Fierro, dans laquelle vous pourrez retrouver le goût d’un pain au chocolat, d’une bonne baguette ou d’un pain de campagne. Les pains au chocolat ne sont vraiment pas chers, 1,6 sol, et la baguette à un peu plus de 3 soles. Une partie des bénéfices est en plus reversée à son association pour héberger des enfants sans logement pendant la nuit.

Visiter les salines de Maras et le site de Moray : Ces deux sites font partie de la vallée sacrée et se situent à environ une heure de route de Cusco. Pour ceux qui ont le temps et qui en ont l’envie, vous pourrez faire le tour de tous les sites de la vallée sacrée, dont celui de Pisac, par une agence ou par vos propres moyens en colectivo. Le billet groupé « boleto turistico » vous coûtera 140 soles. Impossible de ne payer que pour la visite d’un site ! Pour nous rendre aux sites de Maras et Moray, nous avons tout d’abord pris un colectivo au départ de l’avenida Grau à Cusco. Plusieurs entreprises proposent des départs toutes les 15 minutes environ pour 3 soles par personne le trajet. Ensuite 2 options, 1) si vous êtes pressés : descendez au village de Chinchero et de là demandez à un taxi de vous conduire sur les deux sites. Il vous en coûtera environ 50 soles pour la boucle, temps de visite inclus. 2) si vous avez plus de temps : continuez en colectivo un peu plus loin jusqu’à la route de Maras et de là prenez un second colectivo en direction des deux sites à visiter. L’attente sera peut-être un peu longue mais le prix beaucoup plus intéressant qu’en taxi. L’entrée aux salines coûte 10 soles par personne. Pour le retour, nous avons repris un colectivo à Chinchero direction Cusco pour 3 soles. Prévoir environ 6 heures (avec l’option 1) trajets et déjeuner compris, pour la visite de ces deux sites au départ de Cusco.

Comment visiter le Machu Picchu sans se ruiner ?

Malheureusement il n’y a pas vraiment de solution miracle, la visite du Machu Picchu va incontestablement vous coûter plus cher que le reste de votre voyage.  Le meilleur compromis temps / argent est de prendre un minibus au départ de Cusco. La plupart des agences le proposent à 60 soles aller-retour donc n’hésitez pas à faire descendre le prix si on vous le propose à 75 soles. Le minibus part à 7h30-8h de la Plaza de Armas et arrive à Hidroelectrica à 14h30. De là, il vous faudra rejoindre Aguas Calientes, la ville située au pied du Machu Picchu qui n’est accessible que par le train ou à pied. Nous vous conseillons, comme de nombreux touristes, de marcher le long des rails durant 2h30 pour rejoindre cette ville. La promenade est très agréable, vous serez entourés de forêts et des montagnes que vous verrez le lendemain du Machu Picchu et vous éviterez de payer environ 50 euros pour l’aller-retour en train. Vous arriverez à Aguas Calientes vers 17h, juste le temps de trouver un hôtel, boire une bonne bière en happy hour et engloutir un menu pour touristes à 15 soles avant d’aller vous coucher. Nous vous conseillons l’hôtel Caminantes situé à gauche de la voie de chemin de fer à l’entrée du village quand vous arrivez d’Hidroelectrica (45 soles la chambre double avec eau chaude).

Le lendemain, si vous souhaitez monter les 1700 marches à pied pour accéder au site, partez à 4h30 du matin avec la lampe frontale. Redescendez le long des rails jusqu’au puente ruinas (le pont ouvre à 5h) puis commencez la montée qui semble assez éprouvante. Sinon faites comme nous et comme de nombreux touristes un peu fatigués, achetez le soir de votre arrivée l’aller retour en bus pour 80 soles par personne. Le premier bus part à 5h30 donc nous vous conseillons d’être sur place au moins 45 minutes avant. Pas de panique si la queue fait déjà plusieurs centaines de mètres, les bus sont vraiment très nombreux. Le trajet dure 15-20 minutes.

Les billets pour le site ne pouvant pas être achetés sur place, vous aurez bien sûr pris soin de payer votre billet sur internet en avance. En haute saison touristique et même en dehors si vous le pouvez, réservez plusieurs jours en avance car l’accès au site est limité à 2500 personnes par jour et les billets peuvent partir vite. Nous avons payé nos billets 133 soles par personne. Entrée impossible sans votre billet imprimé et votre passeport (sur lequel vous pourrez en plus obtenir GRATUITEMENT le tampon du site).

Après votre visite, reprenez le bus et demandez lui de vous déposer au Puente ruinas, cela vous évitera 30 minutes de marche supplémentaire le long des rails. Une fois au pont,  vous n’aurez plus qu’à retourner à Hidroelectrica en suivant les rails. 2h de marche environ avec possibilité de vous arrêter déjeuner et de faire une sieste dans les hamacs de quelques restaurants. Puis départ du minibus vers 14h30-14h45 direction Cusco.

Vous pourrez aussi rejoindre le Machu Picchu en 4-5 jours par le trek de l’Inca ou faire l’aller-retour en deux jours en train. Ces deux solutions nous paraissent extrêmement chères mais sont certainement plus agréables que le trajet en minibus.

9 commentaires :

  1. Vraiment magnifique ce machu pichu. Et puis les photos avec le lama ça apporte un charme inégalé!
    Profitez bien de la mer, l’eau doit commencer à être bien chaude pour se baigner et se délasser après tous ces efforts en Altitude 🙂
    bises à vous 2

    • Solène et Nicolas

      On a fait un court passage par la mer à Paracas pour aller visiter une réserve naturelle mais l’eau est froide sur cette côte pacifique, pas plus de 18 degrés, et les plages par très propres. On se baignera un peu plus haut! Retour dans les hautes montagnes dès mercredi. A+

  2. Bon maintenant, c’est sûr, à votre retour, vous allez ouvrir un élevage de lama (et de cochons d’inde) et de tous les autres animaux que vous allez croiser en chemin 🙂

    C’est vraiment juste… sublissime ! (le Machu Pichu, pas l’élevage de lama)

    bisous

    • Solène et Nicolas

      On hésite maintenant avec l’élevage de grosses tortues qui nous courent après sur la terrasse de notre hôtel à Lima…

  3. Superbe le blog. Ça donne envie😉✈️ De partir.
    Profitez bien de votre périple .au moins vous n avez pas besoin de carburant ,☹️

    • Solène et Nicolas

      Salut Xavier, merci beaucoup! Je suppose que vous avez quelques voyages en tête vous aussi, dont peut-être un nouveau passage par Bali un de ces jours… Pas besoin de carburant, on a nos jambes et des ânes. À bientôt!

  4. Le mystérieux Machu Picchu qui se dévoile au fur et á mesure que la brume disparait c’est grandiose. Cela mérite bien qqs heures de marche! Biz

  5. Et nous voilà rentrés nous ! Ravis d’avoir fait ce bout de chemin avec vous. Périple dans la jungle au top, on en est revenu enchantés ! Apparemment, votre périple se poursuit comme il se doit ! Alors Lima, votre impression ? On va suivre vos aventures et au plaisir de vous croiser sur Bordeaux à votre retour 🙂 Sonia et Mathieu

    • Solène et Nicolas

      Salut vous 2, ça nous fait plaisir d’avoir de vos nouvelles et de savoir que la fin de votre voyage s’est bien passé. Pour nous tout continue tranquillou, on a bien aimé Lima, notamment le centre historique. Juste un peu dommage qu’à cette période il y ai autant de brume sur la côte. Après nous sommes allés à Huaraz faire le trek de Santa Cruz (article à venir 😉) et là nous sommes à Mancora au nord, ici c’est ambiance palmiers et plages, on profite bien. Dimanche nous prenons un bus pour l’Equateur. On vous racontera tout le reste sur notre blog et sûrement de vive voix à notre retour à la terrasse d’un café sur Bordeaux 😉 Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.