On est parti au Laos : le bilan

Share

Bilan Laos

Notre voyage au Laos en quelques chiffres

Nombre de jours passés au Laos : 24 jours pour 25 prévus, on est bien!

Budget dépensé : 836 euros sans compter les 3 jours des éléphants qui étaient notre cadeau de noël 🙂 Ce qui fait 20 euros par jour et personne et devinez quoi? C’est exactement ce que nous avions calculé! En plus ça comprend même les visas et les bakchichs. On a été trop fort, yeah!

Nombre de bus et bateau : 8 bus et 2 petits bateaux, on peut même dire des barques, pour se rendre sur les 4000 îles.

Nombre d’heures passées dans les transports : 36h de transport, ça nous paraît tellement peu quand on se souvient de nos trajets en Amérique latine, notamment au Pérou.

Nombres d’étapes : 8 – Pakse – Tad Lo – Don Khone – Thakhek – Vientiane – Vang Vieng – Luang Prabang – Sayabury (ECC)


Et toi tu en as pensé quoi du Laos ?

Quel est ton lieu préféré ?

Nicolas : Le Laos est un pays aux paysages très variés, surtout en arrivant du Cambodge assez plat et monotone. J’ai adoré la partie encore recouverte de forêts, ces massifs verts qui se multiplient au fur et à mesure de notre remontée vers le nord du pays. Et au milieu de ces paysages, après plusieurs heures de bus, nous découvrons la ville de Luang Prabang dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Effectivement cette ville est une merveille et c’est même mon coup de cœur au Laos. Malgré les touristes on se retrouve facilement à déambuler dans des petites rues très calmes bordées de temples et de maisons traditionnelles, sans véhicule et donc sans bruit. C’est une étape paisible, encore une fois au bord du Mékong qui nous a offert de magnifiques couchers de soleil.

Solène : Comme Nicolas j’ai adoré Luang Prabang, cette ville est magnifique. On se retrouve au cœur des forêts luxuriantes du pays, le long du Mékong dans une ambiance calme et détendue. Tout est propre, les maisons rénovées selon les normes de l’UNESCO sont resplendissantes, c’est une ville dans laquelle on pourrait se balader pendant des heures. Et en plus, à chaque coin de rue on tombe sur un temple aux couleurs lumineuses et aux bouddhas souriants. A seulement quelques kilomètres du centre ville on est en pleine nature et on peut admirer une magnifique cascade, pour moi c’est la plus belle que nous ayons vu de notre voyage, un décor féérique. Alors même s’il y a beaucoup de touristes c’est une destination immanquable au Laos, c’est même LA destination par excellence du Laos.

Quel est ton plat préféré ?

Nicolas : J’ai plutôt de bons souvenirs de la cuisine laotienne mais un plat m’a particulièrement marqué en tant qu’amateur de tartares, le laap de bœuf. Ce plat est vraiment l’équivalent d’un tartare de bœuf comme on peut le déguster à la maison mais assaisonné avec les herbes et sauces typiques d’Asie et du Laos. On y trouve du gingembre, de la coriandre, de la menthe, du citron vert et bien sûr du piment. J’en ai goûté un délicieux sur un stand de rue mais le meilleur reste quand même le tartare de bœuf au couteau façon laap cuisiné par le chef de la cage du coq, un excellent resto français de Vientiane. On peut aussi le déguster cuit et à base d’autres viandes.

Solène : Ce n’est pas très folichon mais j’ai adoré le « sticky rice » ou si vous préférez le riz gluant. Cela change de l’éternel riz vapeur qu’on se tape depuis 3 mois. Et puis il ne faut pas se leurrer on reste en Asie alors le riz c’est pratiquement l’option de tous les repas, au moins là ça variait un peu. J’ai apprécié le fait de pouvoir le manger avec mes doigts, de faire des petites boulettes à tremper dans la sauce soja, voilà juste un plaisir simple.

Quel est ton meilleur souvenir ?

Nicolas : Impossible de ne pas parler de nos trois jours exceptionnels passés avec les éléphants de l’Elephant Conservation Center, un moment inoubliable. Mais je me souviendrai aussi longtemps de ces Laotiens qui nous ont invités à partager un petit moment avec eux lors de différentes fêtes. La première fois lors de notre boucle en scooter sur le plateau des Bolovens dans une fête de village. La seconde pour fêter une naissance dans une petite communauté située en face de Luang Prabang. Ces moments d’échanges sont rares en voyage et restent donc parmi mes meilleurs souvenirs. Et puis ce n’est quand même pas tous les jours qu’on nous offre autant de bières !

Solène : Les éléphants, les éléphants, les éléphants !!! J’ai toujours rêvé de voir des éléphants dans un cadre naturel et de pouvoir les approcher sans les gêner. Ces 3 jours à l’Elephant Conservation Center ont été magiques. Le fait de pouvoir les voir d’aussi près, de pouvoir les observer, de comprendre comment ils vivaient, d’apprendre à les découvrir un par un, de connaître leur personnalité, de partager un moment privilégié avec eux, restera l’un de mes plus beaux souvenirs de tour du monde. J’ai même vu un bébé tout pataud prendre le bain sous le regard bienveillant de sa maman !!!! Je me considère comme très chanceuse d’avoir pu vivre cette expérience.

Quel est ton pire souvenir ?

Nicolas : Encore une fois pas de grosse galère au Laos. Simplement une petite chute quasiment à l’arrêt sur une piste en terre transformée en patinoire à cause de la pluie. Mais le problème a été vite oublié lorsque nous avons été invités deux minutes plus tard à boire et danser par les habitants du village voisin.

Solène : Pas de galère comme d’habitude. Je garde tout de même une mini cicatrice sur le genou de notre chute en scooter, il ne le dit pas ça Nicolas que je suis marquée, si ce n’est à vie, au moins pour quelques semaines 😉

As-tu été surpris par quelque chose ?

Nicolas : Oui, les Laotiens sont de gros, très gros fêtards. Après avoir traversé des pays d’Asie plutôt calmes, nous avons eu la surprise de croiser plusieurs fois par jour des Laotiens faisant la fête. Et au Laos qui dit fête dit alcool et même énormément d’alcool pour les hommes comme pour les femmes. C’est donc en partie pour ça qu’il est assez facile de se faire inviter à partager un moment avec eux. Mais malgré le côté festif plutôt agréable, les litres d’alcool consommés chaque jour semblent être un véritable fléau pour le pays…

Solène : J’ai été agréablement surprise par la douceur de vivre générale au Laos. Beaucoup d’endroits où nous avons été m’ont paru très calmes. Vientiane par exemple qui est si silencieuse pour une capitale asiatique. Il faut dire que le pays n’est pas très peuplé, seulement 6,5 millions d’habitants, il y a donc de la place et de l’espace pour tout le monde, pas besoin d’être entassés les uns sur les autres. Du coup j’ai trouvé que partout, dans tous les lieux que nous avons visités il y a cette ambiance agréable, douce et calme. On savoure tranquillement les couchers de soleil sur le Mékong et on se laisse porter par le rythme du pays.

Qu’as-tu pensé des Laotiens ?

Nicolas : Les Laotiens se sont toujours montrés accueillants et souriants avec nous, du début à la fin du séjour. Alors bien sûr on a bien eu quelques tentatives d’arnaques notamment sur le rendu de monnaie mais au final rien de bien méchant. Et c’est aussi un des rares pays du voyage où des habitants nous ont invités à partager des moments avec eux, une vraie chance. Ce qui m’a vraiment marqué chez les Laotiens, c’est leur côté bons vivants. Ils aiment manger, boire, faire la fête, rigoler et bien sûr jouer à la pétanque ce qui fait un bon nombre de points intéressants pour passer un bon séjour avec eux.

Solène : Comme dans beaucoup de pays que nous avons visités il y a une grande différence entre les gens que nous avons croisés dans les lieux touristiques et le reste de la population. Dans les lieux touristiques ils ne sont ni aimables, ni souriants, se gardent un billet ou deux sur la monnaie et quand vous leur faites remarquer qu’ils sont en train de vous arnaquer, s’énervent. Comme c’est toujours le même schéma ça en devient presque risible. Mais en général ce sont des gens très gentils qui aiment beaucoup faire la fête, il faut dire qu’au Laos tout est prétexte à organiser une fête : une naissance, l’achat d’un scooter, une bonne nouvelle… Si le Cambodge est le pays où on nous a fait le plus de blagues, le Laos est le pays où on nous a le plus invités à faire la fête. Nous avons pris part à deux fêtes de villages et si je n’avais pas arrêté Nicolas nous aurions été de toutes les fêtes du coin. Bon le seul problème de tout cela c’est qu’ils boivent énormément, hommes comme femmes. C’est d’ailleurs le premier pays en Asie où l’on voit des femmes complètement ivres, habituellement cet état est réservé aux hommes.

Ton bilan en quelques mots :

Nicolas : Le Mékong et ses îles, les champs de café, les collines verdoyantes du nord, les massifs karstiques et leurs nombreuses grottes et bien sûr les jolies villes laotiennes, tous ces différents paysages font du Laos un pays varié et vraiment intéressant à visiter. Comme je l’ai déjà dit les Laotiens sont en plus accueillants ce qui a rendu le voyage encore plus agréable. Mais maintenant que nous sommes passés au Vietnam, je me rends compte que ce qui m’a peut-être le plus fait apprécié ce pays est le calme et la douceur de vivre à la campagne comme en ville. Les Laotiens sont seulement 6,5 millions donc pas de scooter dans tous les sens, pas trop de bruit, les trottoirs habituellement encombrés en Asie sont remplacés par des terrasses agréables. On se sent bien au Laos, tellement bien que Vientiane est une des rares villes traversées lors de notre voyage où je me suis dit « ça doit être agréable de vivre ici ».

Solène : J’ai beaucoup aimé ce pays, les paysages sont magnifiques et comme je l’ai déjà dit on y sent une réelle douceur de vivre. De la boucle des Bolovens en passant par les 4000 îles et la capitale jusqu’à Luang Prabang, j’ai apprécié chaque moment du voyage. Il y a eu tout au long de ce pays le même fil conducteur, le Mékong, qui nous a offert des couchers de soleil à couper le souffle. Nous avons aussi été très bien accueillis par les locaux, c’est toujours agréable de partager un moment avec eux même si la barrière du langage reste un obstacle de taille pour lier des relations plus profondes. En tout cas le Laos est un pays que je vous conseille vivement ! Je pense que les amoureux de la nature et du calme y trouveront largement leur compte.

Et les Laotiens ils en pensent quoi de la France ?

Nous : Comme d’habitude depuis notre arrivée en Asie, la barrière de la langue fait que la communication se limite souvent à quelques gestes et sourires avec les habitants donc pas facile de savoir ce qu’ils pensent de la France même si quelques anciens ont essayé de nous dire quelques mots appris en français lors du protectorat. Il reste d’ailleurs de cette époque certaines marques et habitudes encore très présentes : la baguette, les noms de bâtiments publics en français, un terrain de pétanque dans chaque village, l’apéro en terrasse et de nombreux français installés notamment à Vientiane.

On a quand même pu obtenir une information sur ce que pensent les Laotiens non pas des français mais des occidentaux, en discutant avec un volontaire travaillant depuis quelques années avec des locaux à l’Elephant Conservation Center. Il essaye depuis quelques temps de convaincre les Laotiens travaillant sur place de prendre les repas ensemble, avec les employés et volontaires occidentaux. Mais il est hors de question pour eux de partager le repas avec des occidentaux qu’ils trouvent « vraiment dégoutants dans leur façon de manger ». Le piment nous fait couler le nez, on s’essuie le nez, la bouche avec des serviettes, on se touche le visage et on pioche ensuite avec ces mêmes doigts dans le plat commun de riz gluant. Maintenant qu’ils nous ont fait prendre conscience de cette horreur, on a décidé nous aussi de ne plus manger avec des occidentaux, merci à eux !


Ce soir on mange laotien

On ne va pas faire dans l’originalité mais c’est une institution au Laos : le riz gluant. Cela vous changera du riz classique et puis c’est l’occasion de manger avec ses doigts!!! En plus vous pouvez le marier avec tous les plats que vous voulez, ça remplace même le pain pour saucer, si c’est pas génial ça?!?

Le riz gluant est bien un type de riz particulier que vous pourrez vous procurer facilement dans des magasins / épiceries asiatiques.

On compte 50 g de riz gluant par personne. Laissez tremper le riz dans de l’eau froide pendant une nuit. Egouttez le riz, faites le cuire 30 minutes soit dans un cuiseur vapeur soit dans une casserole cuit vapeur (enfin avec un système vapeur). Laissez reposer 5 min et servir! Bon appétit et on mange avec les doigts!

Un commentaire

  1. On aurait aimé manger avec vous à votre retour, mais nous autres pauvres occidentaux dégoutants ne seront sûrement pas acceptés à votre table😆

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *