Quito : la capitale du milieu du monde

Share

Ce matin on est d’attaque pour visiter Quito. On commence par aller à la vierge qui se trouve sur une colline, le Panecillo, en plein centre de la ville. Il y a encore peu de temps il était fortement déconseillé aux touristes de monter à pied à cause de la criminalité. Pas d’inquiétude, aujourd’hui il y a des policiers qui surveillent le parcours, vous pouvez y aller sereinement.

Arrivés en haut, on voit la ville à perte de vue, car si Quito n’est pas bien large (environ 6 km), elle s’étend sur plus de 30 km de long. Bon normalement on devrait aussi voir le Pichincha, le volcan qui surplombe la ville, mais comme d’habitude les nuages cachent le paysage.

Quito - Vue depuis la coline de la Vierge

Comme il est déjà l’heure de déjeuner nous nous rendons au marché, où pour une fois nous ne mangerons pas du poulet (ouiiiiiiiii !!!!) mais du cochon de lait, un vrai régal. Le tout accompagné d’un jus de fruit frais. Depuis notre arrivée en Equateur le jus de maracuya a laissé place au jus de mûres, délicieux !

Puis direction la Plaza de la independencia où se trouve le palais du gouvernement que justement nous allons visiter. Comme nous avons du temps avant celle-ci, nous nous rendons au centre culturel, un ancien monastère jésuite, où a lieu une exposition sur la mission française géodésique qui a découvert l’Equateur. Alors oui ce sont des Français (cocorico) qui, en 1736, ont découvert ou plutôt calculé la ligne qui sépare la terre en deux. La Condamine, leader de l’expédition, notait le déroulement des faits dans ses cahiers « Journal du voyage fait par ordre du roi, à l’Equateur». A leur séparation d’avec la Grande Colombie en 1830, les Equatoriens s’inspirent du titre des cahiers de la Condamine pour nommer le nouvel Etat (avant appelé l’Audencia de Quito).

Puis, on s’assoit sur un banc en attendant l’heure de la visite, et là on se fait accoster par une dizaine de collégiens, leur devoir : interroger des touristes en anglais !!! Après 4 interviews dans un anglais douteux, nous nous échappons pour pénétrer dans le palais.

Nous apprécions le moment, au programme : photo offerte, visite des salles de réunion et de banquet, exposition des cadeaux présidentiels (dont une parure en diamant offerte par la reine Rania de Jordanie à couper le souffle) et vue sur la place depuis le balcon du Président.

Quito - Plaza de la independencia - Vue du palais

Nous continuons notre balade dans le centre historique (classé au patrimoine mondial de l’humanité) par la visite de la maison de Sucre. Pour rappel c’est un des principaux acteurs de l’indépendance de l’Amérique latine avec Simon Bolivar.

Fin de cette première journée à Quito, la ville nous a beaucoup plu, on s’y sent bien, on est sous le charme de celle qu’on surnomme « Luz de America ».

2ème journée, on visite la Compania, l’intérieur de cette Eglise est complètement recouvert d’or, c’est d’ailleurs l’Eglise la plus fastueuse d’Amérique latine. Bon quand on dit qu’on l’a visitée, c’est un petit mensonge, comme l’entrée coûte 5 dollars, on s’est contenté de se pencher pour voir comment c’était mais pas plus.

On reste dans le même thème en se rendant à la Basilique El Voto, cette fois on paye bien (2 dollars, un prix jugé acceptable) pour monter dans ses tours.

Quito - Basilique El Voto

Le parcours est surprenant, on passe au-dessus de la voûte pour se trouver sous le toit, puis il y a des échelles en extérieur pour monter à une tourelle…

Bon on avoue tout, on a eu les chocottes, on a été pris d’un gros vertige donc Solène n’a même pas tenté et Nicolas est descendu direct après la photo. Ne vous moquez pas, regardez, c’est dans le vide et c’est haut!!!

Quito - Basilique El Voto - Vue sur la ville

Alors que nous allions faire une nouvelle visite, catastrophe, l’appareil photo nous lâche ! On trouve l’adresse d’un réparateur, c’est un peu loin mais Nicolas prend cela avec philosophie, parfait comme cela on pourra visiter le quartier de la Mariscal. Ouf rien de grave, l’appareil photo est guéri 🙂 . Donc le quartier de la Mariscal c’est quoi ? C’est le quartier huppé de Quito, on y trouve les riches Equatoriens et les expats. C’est le quartier où on n’a pas les moyens de se prendre un café. Et là où se trouve le must des bars à la mode, c’est : la place Foch !

Jusqu’à notre hôtel, qui se trouve dans le quartier historique, cela nous fait une bonne balade. On se pose un peu dans notre chambre puis nous allons à la Calle de la Ronda. C’est la rue qui bouge à Quito, enfin surtout un peu plus tard le soir car quand nous y passons il n’y a pas grand monde, aussi c’est mercredi. Nous y goûtons deux spécialités : le canelazo – une boisson à base d’alcool de canne qui ressemble à du vin chaud et l’empanada de viento – une empanada géante (on n’a pas trop aimé).

Ce matin direction la Mitad del Mundo (la moitié du monde) qui se trouve à seulement quelques kilomètres de Quito. C’est la ligne de latitude 0° 0’ 0’’. Lorsque l’équipe française de la Condamine a calculé ce point en 1736, celui-ci voulut que l’on construise un monument pour célébrer la découverte. Le monument a bien été construit mais 200 ans plus tard et aujourd’hui cela ressemble un peu à un village Disney.

Quito - La Mitad del Mundo

On s’est donc amusé pendant un certain temps à passer de l’hémisphère nord à l’hémisphère sud.

Quito - La Mitad del Mundo - Nous

Bon le lieu n’a rien de sensationnel mais il y a tout de même des petits musées à visiter, on y passe un bon moment. On a appris au musée du chocolat que les recettes du cacao et du chocolat chaud, détenues secrètes par l’Espagne, avaient été offertes à la France en 1615 dans la dot du mariage entre Louis XIII et Anne d’Autriche Infante d’Espagne.

Mine de rien on y est bien resté 3h30 à la Mitad del Mundo. On rentre à Quito, ça nous prend 1h30 jusqu’à notre hospedaje, on est un peu KO en arrivant. Demain nous partons pour Otavalo à environ 3h30 de Quito, normalement à cette période il y a l’Inti Raymi (fête du soleil) mais surtout tous les samedis matins le marché aux bestiaux, un des plus impressionnant de la région.

Voir article sur Otavalo.

 

Retour à Quito : nous sommes de retour en ville le dimanche vers 15h. Le matin nous avons pris le temps de regarder le match France / Irlande depuis notre hôtel à Otavalo. Nous  profitons de cette fin d’après-midi pour flâner, comme les Quitenos, sur la plaza de la Independencia et pour goûter à quelques spécialités vendues par des marchands ambulants : la humita (pâte de maïs cuite avec un cœur de fromage fondu) et un sorbet au lait de coco recouvert de copeaux de coco. On se régale.

Lundi, dernière matinée à Quito. Nous commençons par une visite de l’Eglise San Francisco et de son couvent. Le cœur des moines est magnifique, dommage pas le droit de prendre des photos. Dans le cloître se baladent des perroquets en toute liberté, et eux posent sans aucun problème!

Puis nous nous rendons au palais du gouvernement, comme tous les lundis à 11h il y a la relève de la garde et surtout il y a le président Rafael Correa, qui de son balcon, salue la foule. Le président équatorien, après 10 années au pouvoir, est crédité de 69% d’opinion positive. Tout le monde semble l’aimer, sauf la dizaine de manifestants qui est « gentiment » priée par les policiers de quitter la place avant l’apparition du chef d’Etat.

Quito - Balcon du palais du gouvernement - Président Rafael Correa

La femme à côté du président Correa est l’ex présidente du Costa Rica (Laura Chinchilla). Encore une femme présidente en Amérique… Cela nous laisse à réfléchir sur la position de la femme en Europe.

Nous quittons Quito sous un beau ciel bleu pour nous rendre à Mindo où nous attend un climat plus tropical.

Quito - Bus équatoriens

Pour plus de photos, on vous laisse jeter un coup d’œil.

Pour info : Depuis le 20 juin la route des Cascades de Banos est fermée, le fleuve est en crue et El Pailon del Diablo a atteint un débit inquiétant.


Pratique

Période : du 20 au 24 juin + le 27 juin

Trajet Latacunga – Quito : Très nombreux départs toute la journée du terminal de Latacunga. Se rendre directement sur les quais et suivre les appels des chauffeurs pour Quito. Environ 2h de trajet et 2,40 dollars par personne. Le terminal sud de Quito est éloigné du centre (environ 15 km) donc pour éviter de payer 10 à 15 dollars de taxi nous vous conseillons de prendre le Trolebus ou l’Ecovia pour 0,25 dollar.

Où dormir à Quito ? Nous vous conseillons une très bonne adresse à deux pas du centre historique colonial, l’Hostal Posada Colonial. Grande et belle maison, chambres spacieuses très agréables avec petit balcon pour certaines, cuisine à disposition, book exchange dont quelques guides de voyage, terrasse pour boire un verre. Compter 10 dollars par nuit et par personne avec salle de bain partagée et 12 avec salle de bain dans la chambre. Bonne boulangerie pour le petit déjeuner dans la rue au dessus de l’hôtel (notamment le Budin de Platano, gâteau à la banane) et plusieurs restos locaux avec menus à 2 dollars (soupe, plat et boisson) même le soir. Pour sortir, notamment en fin de semaine, l’hôtel est à 1 minute de la Calle Ronda, la rue branchée de Quito.

Où manger à Quito ? Une fois de plus on vous conseille de faire un tour au marché couvert situé à proximité du centre historique. Vous pourrez y déguster un délicieux cochon de lait grillé accompagné d’un grand verre de jus de fruit frais. Ne passez pas à côté de la spécialité du pays, le jus de mûres. Comptez 1 dollar pour le jus et 2,5 pour le plat.

Que visiter à Quito ?

El Palacio del Gobierno : Depuis son arrivée au pouvoir, le président Rafael Correa a ouvert son palais (équivalent de l’Elysée) aux visiteurs. Il vous suffit de vous rendre à l’entrée du palais avec votre passeport et de prendre un billet gratuit pour une visite guidée. La visite dure environ 30-45 minutes et donne l’occasion de voir trois salles importantes du palais. En bonus, on repart avec notre photo dans la cour du palais.

Assister à la relève de la garde du palais présidentiel et voir le président : Chaque lundi à 11h pétantes le chef de l’Etat Rafael Correa sort sur son balcon accompagné de personnalités du monde politique et économique pour assister à la relève de la garde pendant environ 30 minutes. C’est le président Correa qui a instauré ce rituel donc pas sûr que cela se poursuive en 2017, année d’élections en Equateur.

Monter au Panecillo (la vierge qui surplombe la ville) : La plupart des guides de voyage et des blogs décrivent l’accès à pied quasiment comme un coupe-gorge et conseillent donc d’y aller en taxi. Mais nous y sommes montés en marchant et la zone est maintenant plus que sécurisée. Prenez l’avenue Garcia Moreno en bas de la colline et suivez les escaliers. Plusieurs policiers de la police touristique sont présents pour surveiller la zone et prennent même les noms des visiteurs (ce qui signifie bien qu’un problème de sécurité existe mais tout est fait pour améliorer la situation, comme dans de nombreuses villes visitées jusqu’à maintenant en Amérique Latine). Arrivés au sommet après environ 30 minutes d’effort il ne vous reste plus qu’à admirer la vue et éventuellement à monter pour 1 dollar au mirador de la vierge situé au niveau de ses pieds… Possible de monter et redescendre en bus pour 0,25 dollar.

La Basilique El Voto : Il est possible de la visiter pour 2 dollars mais nous ne l’avons pas fait. Nous sommes par contre montés sur le toit et dans les tours pour 2 dollars. Le parcours de ponts et échelles est amusant mais attention si vous souffrez de vertige! Fermeture de la basilique assez tôt, à 16h.

Eglise La Compania de Jesus : Préparez vous à en prendre plein les yeux! l’église est la plus couverte d’or d’Amérique Latine et c’est vrai qu’il y en a absolument de partout. L’entrée est un peu excessive, 5 dollars, mais en bon Français nous nous sommes contentés d’observer du guichet et on en voit déjà pas mal.

Le couvent San Francisco : Visite rapide qui permet de découvrir un magnifique cloître, l’intérieur de l’église et un musée d’art religieux pour les amateurs. Entrée à 2 dollars par personne. En bonus, les beaux perroquets en liberté.

La casa de Sucre : La maison du maréchal Sucre est située dans le centre historique et se visite gratuitement avec ou sans guide. La visite dure un trentaine de minutes et donne l’occasion de voir une belle maison coloniale.

La Mitad del Mundo : A faire si vous souhaitez prendre la photo souvenir avec un pied de chaque côté de la ligne et monter dans le monument situé à la latitude 0°0’0″. Quelques petits musées intéressants à visiter compris dans le billet Full Pass à 7,5 dollars. Pour vous y rendre du centre de Quito prenez le Metrobus direction Norte jusqu’au terminal Ofelia puis un bus direction la Mitad del Mundo (attention c’est aussi le nom de la compagnie gérant de nombreux bus à Quito donc vérifiez bien la destination). Le trajet aller du centre de Quito dure environ 1h30 pour 0,4 dollar seulement.

7 commentaires

  1. Hé les cocorico! J’espere que vous avez du beau temps car ici je crois qu’on nous a volé notre été 🙁 , gros bisous à vous deux

    • Solène et Nicolas

      Coucou ma belle, il fait très chaud mais aussi très nuageux, d’un autre côté ce n’est pas plus mal car sinon on cramerait sur place. Je suis sûre que l’été va arriver en France. Sinon je réitère ma proposition, vous prenez Amélie et Daniel (chacun sous un bras 😉 ) et hop vous nous rejoignez! Gros bisous à vous 4

  2. Je vous vois de ty me c est super continuez vos reportages sont toujours super,, blsous

    • Solène et Nicolas

      Coucou Mamie, j’espère que tu profites bien de St Pierre même si le beau temps n’est pas forcément au rdv. Nous sommes passés en Colombie hier et là on programme notre séjour. Gros bisous

  3. Ping :ON EST PARTI : Otavalo et Mindo, au nord de l'Equateur

  4. Bravo pour vos commentaires et vos photos. je suis à Quito avec ma femme et mes enfants. nous sommes chez des amis équatoriens, et votre site est une bonne inspiration.

    • Solène et Nicolas

      Bonjour, nous sommes ravis que vous ayez aimé le site 🙂 On espère que vous avez apprécié votre voyage en Equateur car pour notre part nous avions vraiment adoré ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *