Phnom Penh : nouvel An au Cambodge

Share

Première partie : du 14 au 16 décembre 2016

Nos premiers pas au Cambodge ne sont pas des plus agréables : passage de la frontière par la terre = bakchich de 7$ par personne. Comme les racketteurs, euh les gardes frontières, n’ont pas la monnaie sur 15$, nous avons le droit à une ristourne, ça sera seulement 10$!

Nous commençons notre visite de Phnom Penh par une balade le long du fleuve Tonle Sap. La large avenue accueille piétons, vélos et vendeurs ambulants. Les berges quant à elles sont réservées aux pêcheurs et aux baigneurs, bien courageux ou peut-être inconscients de s’aventurer à la sortie des égouts de la ville.

Nous nous rendons au musée national, indispensable pour comprendre la signification des temples d’Angkor. Notre guide, tel un professeur, nous apprend à reconnaître les différents dieux hindouistes : Shiva, Vishnou et Brahma.

phnom-penh-musee-national

Nous remarquons que certaines statues n’ont plus de tête. Ont-elles été détruites ou perdues ? Non pas du tout, Mr Malraux a juste jugé plus opportun de les ramener en France. Vous pourrez donc encore en retrouver une grande partie au musée Guimet à Paris.

Nous continuons notre découverte de Phnom Penh par les visites du temple Wat Ounalom (connu pour abriter le représentant du bouddhisme cambodgien) et de la pagode Wat Phnom.

Le lendemain journée off, repos et surtout accueil de Sarah, qui vient tout droit de l’hiver parisien pour passer 2 semaines avec nous !

Puis nous reprenons notre visite de la ville. Nous allons à la prison S21, haut lieu de torture sous le gouvernement des Khmers rouges. L’endroit est éprouvant mais c’est l’occasion de mieux connaître cette période douloureuse de l’histoire du Cambodge.

Petit topo historique

Les Khmers rouges est à l’origine le nom donné par le roi du Cambodge, Sihanouk, au mouvement communiste qui se développe dans le pays à partir des années 1970. Ceux-ci commencent par gagner les voix des paysans avant de devenir le premier parti du pays et de prendre possession de Phnom Penh, la capitale, en 1975.

Les leaders sont issus des classes moyennes de la société cambodgienne, pas assez riches pour faire partie de l’élite mais suffisamment pour être allés étudier à Paris. Le numéro un du Parti se donne le nom de Polpot comme Politique Potentielle. C’est à la Sorbonne auprès d’étudiants communistes que germent ses futurs idéaux.

Le communisme cambodgien s’inspire des modèles chinois et russes, ajoutez-y la folie de Polpot et vous obtenez…

  • Pas de religion – Tous les lieux de cultes sont détruits, heureusement Angkor est épargné.
  • Plus de classes sociales – Tous le monde doit être paysan, les intellectuels sont considérés comme des ennemis et sont éliminés. Toute personne portant des lunettes est un intellectuel.
  • Le travail aux champs – Les villes sont vidées (Phnom Penh qui contient plus de deux millions d’habitants est évacuée en 48h) et les habitants envoyés dans les campagnes pour travailler la terre.
  • Un million pour construire une nouvelle patrie – Polpot considère qu’un million de Cambodgiens suffit pour créer son nouveau pays, les autres peuvent mourir. Première cible : les jeunes générations.
  • Illogisme et parano – Les alliés d’hier deviennent des ennemis, Polpot n’a plus confiance en personne. Il fait éliminer ses plus proches amis et massacre les populations paysannes, ses premières supportrices.

En 4 ans les Khmers rouges arrivent à décimer environ 30% de la population du pays. Mais ce n’est pas fini, lorsqu’en 1979 ils perdent le pouvoir, ils posent des mines dans les champs, mutilant les paysans et les empêchant de travailler, s’en suit une longue période de famine. Le chiffre exact des victimes des Khmers rouges est difficile à calculer, les plus optimistes disent 30%, les plus pessimistes vont jusqu’à 40% de la population du pays.


La visite terminée nous nous rendons au marché central, immense bâtiment art déco datant de l’époque française. On y trouve de tout : fruits, légumes, fausses pierres précieuses, vêtements, épices, viandes…

Et on peut aussi y manger. Nous nous installons à un petit stand et y commandons une soupe de nouilles, un des plats typiques de tous les pays d’Asie du sud est. Le meilleur c’est le dessert, une sorte de brioche fourrée d’un flan à la noix de coco.

Pour finir la journée, direction le palais royal. La place devant le palais est le lieu de villégiature des pigeons de la ville. Il faut dire que les habitants apprécient y passer leur après-midi et nourrir ces sales bestioles.

phnom-penh-place-devant-le-palais

Le palais est beau mais pas exceptionnel, d’autant plus que certains pavillons sont en rénovation. En clair si vous n’y allez pas lors de votre séjour à Phnom Penh vous ne manquerez pas grand-chose.

Fin de notre visite de la capitale, nous partons le lendemain pour Kampot (voir article sur Kampot et Kep).

 


Deuxième partie : du 31 décembre au 01 janvier 2017

De retour à Phnom Penh, nous profitons du temps qu’il nous reste avant notre soirée du nouvel an pour faire une visite rapide de la ville à Marine.

Sur les rives du fleuve et la place du palais, des Cambodgiens sont venus en famille pique niquer pour fêter le passage à 2017. Ils referont la fête du 13 au 16 avril 2017 pour leur vrai nouvel an.

Puis direction le restaurant Romdeng où un menu de fête nous attend : tarentules, verres, sauterelles, bœuf aux fourmis rouges. Ne vous inquiétez pas il y a aussi des plats plus softs pour les palais moins aventuriers. On ne regrette pas du tout d’avoir goûté, on avoue même avoir eu un coup de cœur pour les tarentules à la sauce citron poivre.

phnom-penh-rom-deng-tarentules

Pour fêter dignement cette nouvelle année nous allons en boîte, au Pontoon Club, et finissons la soirée à siroter un verre tranquillement sur les rives de fleuve. On croise encore quelques Cambodgiens qui profitent eux aussi de cette nuit du nouvel an.

phnom-penh-nouvel-an

On vous souhaite une excellente année 2017 ! Plein de bonheur, de joie et surtout de voyages !

Un grand merci à Sarah et Marine qui sont venues partager un petit bout de voyage avec nous et avec lesquelles nous avons commencé 2017 en beauté  🙂 On espère que vous profiterez bien de cette nouvelle année.

Pour plus de photos on vous laisse jeter un coup d’œil.


Pratique

Période : du 14 au 16 décembre 2016 et pour le nouvel an 2016 – 1017

Taux de change lors de notre séjour : 1 dollar US = 4000 riels (on paye de partout avec ces deux monnaies au Cambodge)

Où dormir à Phnom Penh ?

Good Morning Guesthouse : Guesthouse basique pour un prix assez bas, située à proximité du Mékong et du palais royal. Les chambres doubles les moins chères sont à 10 dollars avec salle de bain mais la propreté n’est pas forcément au rendez-vous. L’hôtel fait aussi bar donc si vous voulez dormir demandez une chambre au rez-de-chaussée ou alors faites comme nous, débranchez les enceintes, la lumière et le frigo pour mettre fin à la soirée J

GS Guesthouse : Un peu plus chère que la précédente mais d’un niveau vraiment supérieur. Les chambres doubles les moins chères sont à 15 dollars avec salle de bain et eau chaude. Elles sont grandes, propres et vraiment agréables. Nous y avons séjourné à deux reprises. La guesthouse est située en face du palais royal et à moins d’une minute à pied du Mékong, emplacement idéal.

Où manger à Phnom Penh ?

Romdeng Restaurant : Si vous cherchez à découvrir une gastronomie cambodgienne un peu différente de celle des stands de rue alors on vous conseille un repas dans ce resto école qui accueille des jeunes démunis pour les former aux métiers de la restauration. Les repas permettent de financer leurs études. Vous y dégusterez des spécialités cambodgiennes classiques et quelques mets originaux comme les tarentules à la sauce poivre citron, à ne surtout pas manquer ! Les plats sont tout de même aux alentours de 6-8 dollars et les trois tarentules à 5 dollars. Bon appétit !

Les stands de rue : Dans le quartier touristique au bord du Mékong vous trouverez de nombreux stands de rue qui proposent les classiques cambodgiens à des prix vraiment bas. Les moins chers vous reviendront à 1 dollar l’assiette de viande et riz et vous vous en sortirez pour 2 dollars sur les stands un peu plus perfectionnés.

Warung Bali : Pour changer un peu des plats cambodgiens tout en restant en Asie on vous propose ce restaurant balinais vraiment bon, copieux et abordable. Comptez un peu plus de deux dollars par personne. Le restaurant est situé à côté de la GS Guesthouse. Super accueil.

Où sortir à Phnom Penh ?

Le Pontoon club : C’est un des clubs les plus réputés de la ville et c’est celui que nous avons choisi pour passer notre soirée de nouvel an. Le Pontoon ressemble à une boite classique donc plutôt haut de gamme pour le Cambodge. Seul problème comme dans presque tous les bars et boites de nuit de Phnom Penh, vous y trouverez plus de prostituées que de clients.

Que visiter à Phnom Penh ?

Tous les tuk-tuk vous proposeront de vous conduire aux différents monuments pour des prix qui semblent corrects mais qui sont en réalité très élevés. N’oubliez pas que tout se négocie au Cambodge donc un trajet annoncé à 4 dollars devrait pouvoir se négocier entre 1 et 2 dollars.

La prison S21 : C’est un lieu incontournable lors d’un passage au Cambodge pour en savoir plus sur l’histoire récente du pays et la folie des Khmers rouges. On vous conseille de prendre un guide, il y en a en français, qui vous expliquera le contexte historique et politique avant la visite. Autrement un audioguide assez complet est disponible. Le billet revient à 6 dollars avec audioguide. Si vous optez pour un vrai guide le billet ne vous coûtera que 3 dollars et un pourboire en fin de visite.

Le Palais Royal et la Pagode d’argent : Si vous avez déjà visité quelques temples et si vous êtes en plus déjà passés par le palais de Bangkok alors cette visite n’est vraiment pas une priorité. L’ensemble est assez décevant et le prix du billet assez élevé, 6 dollars.

Le musée national : Vous y trouverez de nombreuses statues, notamment de l’époque angkorienne, réunies au sein d’un très beau bâtiment situé à proximité du palais royal. On vous conseille d’y passer avant votre visite d’Angkor et en prenant un guide qui vous donnera quelques clés pour la visite de cette grande cité. Le billet coûte 6 dollars auxquels vous devrez ajouter environ 2 dollars par personne pour la visite guidée (dépend du nombre de personnes).

Wat Phnom : C’est un des principaux temples de Phnom Penh situé au milieu d’un parc agréable (lui-même situé au milieu d’un immense rond point, moins agréable…). L’intérieur du temple vaut vraiment le détour. Entrée à 1 dollar mais pas vraiment de guichet pour payer.

Les trajets

Phnom Penh – Kampot en bus : De nombreuses compagnies proposent le trajet en bus (environ 3h30) ou en minivan (moins de 3h). Achetez le billet directement à votre hôtel ou dans une agence pour que le pick-up à l’hôtel soit compris dans le prix du billet. On a testé les billets à 6 dollars en bus, les moins chers et largement suffisants pour un trajet aussi court, ainsi que les minivans à 9 dollars qui roulent comme des fous et qu’on ne vous recommande donc pas vraiment.

Bus Phnom Penh – Laos (Pakse) : Un seul bus direct part chaque jour à 6h45 de la gare Sorya située à côté du marché central de Phnom Penh. Les hôtels et agences vendent le billet à 35 dollars mais il ne vous coûtera que 27 dollars en vous rendant directement à la gare la veille du départ. Le trajet dure environ 13 heures jusqu’à Pakse et environ 2 heures de moins pour vous rendre à l’embarcadère des 4000 îles.

Comment passer les frontières ?

Thaïlande – Cambodge (Koh Kong) : Si vous arrivez des îles de Koh Chang ou Koh Samet en Thaïlande vous passerez par la petite frontière située sur la côte et arriverez au Cambodge à Koh Kong. Nous avions acheté un billet direct de Koh Samet à Phnom Penh pour 1500 bahts (un peu moins de 40€ pour 2 jours de trajet et nuit à Koh Kong comprise). Le minivan vous déposera à la frontière thaïlandaise ou vous obtiendrez votre visa de sortie en quelques secondes sans aucun problème. Puis arrive le passage de la frontière cambodgienne, un paradis pour militaires corrompus. On vous demandera tout d’abord de payer 20 bahts pour prendre votre température au pistolet laser mais le papier ne vous sera pas demandé pour obtenir votre visa donc passez votre chemin. Ensuite rendez-vous dans un bureau en béton ou vous attendent quelques militaires pour vous faire payer votre visa à 30 dollars plus les « frais de dossier » de 7 dollars. Vous pourrez essayer de négocier, de discuter mais il va falloir être patient car ils ont tout leur temps. Une fois votre visa et le tampon d’entrée obtenus un taxi compris dans le prix du billet vous conduira à Koh Kong pour passer la nuit en attendant le bus du lendemain pour Phnom Penh.

Cambodge – Laos : En soit rien de plus simple que de passer la frontière terrestre entre le Cambodge et le Laos. Il vous suffit de prendre un bus de votre ville de départ au Cambodge en direction de votre destination au Laos, le bus vous arrêtera aux frontières pour les formalités administratives et le tour est joué ! Le visa se fait directement à la frontière que ce soit pour entrer au Cambodge ou pour le Laos (30 dollars pour les Français). Mais c’est sans compter sur la grande corruption des agents présents du côté cambodgien comme du côté laotien. Première arnaque : un homme va monter dans votre bus quelques kilomètres avant la frontière pour vous proposer d’effectuer toutes les démarches à votre place. Vous n’avez qu’à lui confier votre passeport et 38 dollars pour pouvoir entrer au Laos. Vous n’allez pas nous croire mais nous sommes les deux seuls de tout le bus à ne pas avoir confié notre passeport à cet inconnu ! Les arnaques suivantes sont les différents bakchichs que les agents vous demanderont des deux côtés pour chaque étape : 2 dollars pour votre tampon de sortie du Cambodge, 1 dollar pour coller le visa du Laos et 2 dollars pour obtenir le tampon d’entrée laotien. Nous avons essayé de négocier pendant environ 1 heure, au grand désespoir du reste du bus mais nous avons échoué. L’ensemble nous est donc revenu à 35 dollars soit toujours moins cher que les 38 demandés par l’escroc du bus. Mais certaines personnes rencontrées et certains témoignages de blogs montrent qu’il est possible de ne pas payer. Pour cela essayez de convaincre d’autres personnes du bus de descendre avec vous, on est toujours plus forts à plusieurs, et faites semblant (ou pas) d’appeler votre ambassade en prenant les noms des agents. Bon courage pour ce passage de frontière !

8 commentaires

  1. Grosse crise de fou rire 😂 Nicolas trempant du bout des doigts sa tarentule dans la sauce , goutant du bout des levres, le bruitage des filles effrayées et Solene qui commente en disant “apparement il y a une arête” !.. rire…

    • Nous avons aussi bien rigolé, enfin après avoir goûté parce qu’au début on ne faisait pas les malins. Sarah a une peur panique des araignées, c’est un miracle qu’elle ait réussi à filmer 🙂

  2. Bon appétit , c’est aussi bon que le caviar ? Bises

  3. 15 janvier 2016 – 15 janvier 2017
    1 an d union et le tour du monde cela se fête!
    Bon anniversaire les amoureux globe-trotteurs

  4. Un p’ti salut
    Avant tout bonne Année 2017 c’est rodrigue
    Juste pour te faire un coucou à toi et ta copine
    Ce que vous faites est magnifique et beau un truc que fouuuuu
    Vous explorerez le monde à pas de géant je reste sans voix
    vous faites partager vos rêves , vos découvertes du mondes à ceux qui vous suives
    je voyage avec vous à travers vos photos et récit merci pour cette grande balade du monde
    bravo à vous ,Car il faut du courage pour aller à la conquête du mondes
    les piégeons voyageurs faite nous revers ( comme on dit en gwada foss ).
    Amicalement Rodrigue soyer prudent

    • Salut Rodrigue!
      Merci beaucoup pour ton message, j’espère que tout se passe bien pour toi. On te souhaite aussi une bonne année 2017, peut-être l’occasion de se revoir. On continue notre voyage avec encore de magnifiques paysages dans le nord du Laos, entre montagnes et fôret vierge.
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *