Otavalo et Mindo : au nord de l’Equateur

Share

Après 3 bus, nous arrivons enfin à Otavalo et… Il pleut ! Première mission : trouver un hôtel. En effet pour éviter toute mauvaise surprise nous avons pris l’habitude de ne pas réserver en avance et de payer après avoir vu la chambre et testé l’eau chaude. Une fois nos sacs à dos posés et malgré la pluie nous allons faire un tour en ville. Alors normalement c’est la période où l’Inti Raymi (la fête du soleil) bat son plein… Comme on ne voit pas grand monde, on va se renseigner à l’office du tourisme. Le mollusque heu pardon le Monsieur qui nous renseigne nous apprend qu’aujourd’hui il n’y a rien à Otavalo, que tout se passe au village d’Iluman (à 6 km). Par contre pour le lendemain nous avons l’embarras du choix : 2 grands marchés à Otavalo, celui des bestiaux et l’artisanal, 1 marché « gastronomique » à Iluman (on s’en lèche déjà les babines) et en soirée la fête dans les rues d’Otavalo. Parfait, de toute façon il ne fait pas beau aujourd’hui.

Ce matin réveil à 6h30 (ça pique pour un samedi), direction le marché aux bestiaux. Très réputé dans la région il accueille vaches, taureaux, cochons, coqs, poules, canards, cochons d’Inde, chiens, chats… On est plongé en plein dans la campagne équatorienne avec tout ce qui va avec : l’image, le son et les odeurs, et une fois de plus, vous avez de la chance on vous épargne ces dernières.

On se balade au milieu de tout ce petit monde et pour notre plus grand plaisir. Vers 8h00 les fermiers commencent à partir, on décide d’en faire de même et de prendre la direction de la cascade Peguche. Bon ça devient une habitude : on se perd en chemin et on en est bien content. On passe par un petit sentier tout à fait bucolique qui nous mène à la cascade, cette fois sans se faire complètement tremper.

Otavalo - Cascade de Peguche

Ensuite nous marchons vers Iluman afin de manger un petit bout au marché gastronomique conseillé la veille par l’employé de l’office de tourisme. On marche parfois en pleine campagne, parfois le long de la voix de chemin de fer et on longe même la Panaméricaine sur quelques kilomètres.

Otavalo - En direction d'Iluman

Au bout d’1h30 nous arrivons au village, personne dans les rues. En se rapprochant de la place principale ça va un peu mieux, les gens que nous croisons sont très souriants mais on sent bien qu’ils se demandent ce que l’on fout ici. Et nous aussi on se le demande en arrivant au soi-disant marché gastronomique. En fait c’est une fête de famille et ils sont tous en train de préparer le repas, on fait carrément tâche. Hop on repart dans l’autre sens, par contre cette fois on choppe un bus pour nous ramener à Otavalo.

De retour en ville on mange sur un stand (soupe et jus de coco bien frais) puis on va se balader dans le marché artisanal.

Pour nous remonter le moral après notre déception d’Iluman, on s’offre un énorme quatre heures (oui on trouve des excuses à tout) : tourte à l’ananas, glace vanille pour Nicolas et tarte à la maracuya meringuée, glace au chocolat pour Solène.

Otavalo - Shenandoah pie shop

Depuis le balcon de notre hôtel nous pouvons observer des défilés dans la rue. La fête semble commencer, on attend de voir ce soir.

Otavalo - Inti Raymi - Défilé dans la rue

La nuit tombe et des bruits de défilés se font de plus en plus entendre. On sort, et en effet, des groupes de personnes dansent, jouent de la musique et chantent dans la rue.

Sur la place principale il y a un rassemblement, autour de ce qui semble être un sketch. Un jeune homme est déguisé en femme et d’autres garçons, pris dans le public, chacun à leur tour, sur de la musique le font sauter dans tous les sens… Des enfants sont assis au premier rang et tout le monde se tord de rire. Au début on ne comprend pas tout… Ahhhh en fait voici l’histoire : le jeune homme déguisé en femme n’a pas bien fait la cuisine et les garçons choisis dans le public miment un viol pour la punir et le but est de la punir le plus « fort » possible. Charmant ! Pas très fans de ce « sketch » on va se balader dans les rues puis rentrons nous coucher.

Le lendemain matin nous regardons le match France / Irlande en prenant notre petit déjeuner. Très heureux de la victoire, on fait nos sacs et on repart pour Quito.

Retour à Quito pour 1 journée (voir article), puis on retourne vers le nord en direction de Mindo.

Mindo

Nous arrivons à Mindo en milieu d’après-midi, après avoir trouvé notre hospedaje nous allons faire un tour rapide en centre ville afin de trouver quelque chose à grignoter (on n’a pas pu déjeuner dans le bus et on a faim !). On revient manger sur place et là, génial, ce sont des dizaines de colibris qui se baladent juste à côté de nous.

Ce matin nous prenons le petit-déjeuner accompagnés de nos nouveaux amis les colibris. Puis direction « El Santuario de Cascadas » à 6km de Mindo. Arrivés au point de départ, première étape, la tarabita, 530 mètres pour rejoindre l’autre côté de la vallée.

Nicolas est ravi, Solène ne fait pas la fière (vous le voyez le sourire forcé ?!).

On commence notre balade en plein milieu de la forêt tropicale. Il fait très chaud et humide, pour se protéger des moustiques on est obligé de porter des manches longues, ça transpire sévère là-dedans. Le premier chemin nous amène à une succession de 5 petites cascades.

Cascada Ondinas puis la Cascadas Guarumos, à laquelle on accède grâce à une passerelle qui passe juste au-dessus de la Cascada Ondinas.

Cascada Colibris et on marche un peu plus pour atteindre la Cascada Madre.

On doit se déchausser pour traverser le cours d’eau de la Cascada Madre et rejoindre le chemin. Et enfin la Cascada de Los Maderos

Mindo - Cascade Los Maderos

On rebrousse chemin, arrivés presque au début on dévie un peu pour aller voir la Cascada Nambillo. Normalement la plus belle du coin mais nous avons préféré les 5 petites. De retour au point de départ, on part dans l’autre direction pour aller voir la dernière cascade : Cascada Reina.

Mindo - Cascade Reina

Puis on rebrousse à nouveau chemin, on prend la tarabita dans l’autre sens et on redescend en ville. On en a un peu plein les pattes, cela fait 6h que nous marchons. Arrivés à notre hospedaje, on savoure un bon jus de fruits tout en observant les colibris. On ne s’en lasse pas.

Réveil matinal pour aller voir les papillons. A seulement quelques kilomètres de notre hospedaje se trouve la serre de la Mariposaria, on peut y admirer depuis la chenille, en passant par l’éclosion du cocon, jusqu’au ballet aérien d’une centaine de papillons. Ils sont partout, il faut même faire attention où on met les pieds. Un petit bout de banane au bout du doigt et ils ne vous lâchent plus.

Nous y restons 1 heure mais aurions pu profiter du spectacle bien plus longtemps.

Notre aventure en Equateur se termine là. C’est maintenant un long voyage qui nous attend pour passer la frontière avec la Colombie : bus jusqu’à Quito (2h30) puis bus jusqu’à Tulcan (5h45). Nous y passerons la nuit afin de passer la frontière de jour. A bientôt en Colombie.

Pour plus de photos, on vous laisse jeter un coup d’œil.


Pratique

Période : Otavalo du 24 au 26 juin / Mindo du 27 au 29 juin

Otavalo

Trajet Quito – Otavalo : Départs plusieurs fois par heure, notamment avec la compagnie Otavalo, du terminal Norte Carcelen. Le trajet dure un peu plus de 2h et revient à 3,4 dollars par personne. Pour rejoindre le terminal Carcelen, prenez le Metrobus du centre ville direction le terminal Ofelia (environ 45 minutes) puis prenez ensuite un bus direction terminal Carcelen (10 minutes) pour 25 centimes par personne.

Où dormir à Otavalo ? L’hostal Runa Pacha est une bonne adresse pour petits budget. L’hôtel est récent, très propre et à 2 minutes à pied de la place principale. Compter 7 dollars par personne avec salle de bain partagée (eau chaude) et un peu moins cher en dortoir.

Où manger à Otavalo ? Pour une fois on ne vous parlera pas du marché, où on mange certainement très bien mais que nous n’avons pas visité. On s’est accordé un petit plaisir en dinant au restaurant Carbon de Palo. Un couple de colombiens super sympas et de bons conseils proposent quelques viandes et surtout de très bons burgers avec steaks grillés au barbecue et tout cela dans un décor vraiment agréable. Compter environ 7-8 dollars le burger et ne passez pas à côté des bières artisanales d’Ibarra et Quito, un peu chères mais délicieuses.

Que faire à Otavalo ?

L’attraction principale de la ville est son marché aux bestiaux qui a lieu le samedi matin sur les bords de la panaméricaine. Ambiance locale garantie mais on vous conseille d’y arriver vers 6-7h du matin car dès 8h les vendeurs commencent à partir. Le même jour a lieu un immense marché artisanal dans tout le centre ville pour acheter ponchos, pulls en alpaga…

La cascade de Peguche : Le village de Peguche et sa cascade se situent à environ 4km d’Otavalo. On vous conseille d’y aller à pied en empruntant le chemin suivant : en partant du centre ville rejoignez la voie de chemin de fer puis tournez à gauche sur la route qui longe cette dernière. Continuez sur cette route pendant une vingtaine de minutes jusqu’à l’alignement d’eucalyptus le long de la voie ferrée. A ce niveau empruntez le sentier à droite qui longe la rivière et continuez jusqu’à la cascade. Environ 45 minutes – une heure de marche pour atteindre la cascade.

Mindo

Trajet Quito – Mindo : Départs environ toutes les deux heures du terminal Ofelia notamment avec la compagnie Flor del Valle. Compter un peu plus de 2h de route et 3 dollars par personne. Pour rejoindre le terminal Ofelia prenez le Metrobus depuis le centre de Quito direction Ofelia pour 25 centimes par personne et 45 minutes de trajet environ.

Où dormir à Mindo ? On vous conseille les Cabanas Ormenia situées derrière le stade municipal de Mindo. Vous aurez le choix entre une cabane dans le jardin en plein milieu de la végétation (18 dollars par personne) ou une chambre dans la maison principale (12,5 dollars par personne). L’hôtel possède un beau jardin, qui ressemble plus à une forêt tropicale qu’à un jardin d’ailleurs, dans lequel  les colibris viennent se nourrir en permanence : beau spectacle ! Le petit déjeuner inclus et vraiment bon et la gérante très accueillante. Très bonne adresse.

Que faire à Mindo ?

L’attraction principale est la randonnée du sanctuaire des cascades et la tarabita qui permet d’y accéder. On vous conseille de vous rendre à la tarabita en taxi pour 6 dollars car la piste monte pas mal et de redescendre à pied en 1h de marche. Une fois sur le site il faut bien compter 4h30 – 5h de marche pour voir toutes les cascades même si on vous déconseille la Nambillo qui ressemble un peu à un dépotoir. Pour éviter la foule le mieux est d’arriver à la tarabita dès l’ouverture à 9h. N’oubliez pas vos maillots de bain pour une baignade sous les cascades. Coût de la tarabita : 5 dollars aller-retour par personne.

Mariposario : Une occasion assez unique de découvrir en réel les différents stades de la vie d’un papillon. Après quelques explications vous entrez dans une serre où volent des centaines de papillons de toutes tailles et de toutes les couleurs. Vous pourrez assister en direct à la sortie des papillons de leurs cocons et s’amuser à leur donner à manger. Un très beau moment pour 6 dollars par personne (temps illimité). La serre se situe à environ 3 kilomètres du centre de Mindo donc il est possible d’y aller à pied où en taxi pour 3 dollars. Comme pour la tarabita, y aller tôt pour être seul dans la serre.

5 commentaires

  1. Ping :ON EST PARTI : Quito, la capitale du milieu du monde

  2. Magnifique photo de Solène avec le papillon dans le cou.
    J imagine très bien la sensation dans la tarabita.. en priant pour que la solidité du cable ait été contrôlée dans un passé pas trop lointain… rire..
    Féerie de couleurs dans le monde des papillons et magie des colibris en vol stationnaires. On aime tout. Bisous

    • Solène et Nicolas

      Ce moyen de transport fonctionnait déjà du temps des incas pour traverser les vallées mais le cable a certainement dû être changé…

  3. Bonsoir vraiment votre blog est parfait car j’arrive mardi à quito! Ayant un temps limité le marché d’otavalo est il vraiment à part au niveau de l’artisanat? Est il moins ou plus cher que les autres marché d’Équateur ? Merci bcp

    • Merci 😊 Pour Otavalo cela vaut la peine si tu combines le marché aux bestiaux avec. Sinon c’est un grand marché mais tu retrouveras les mêmes produits partout. Pour ce qui est du prix tout dépend de tes capacités de négociation 😉 Mais non il n’est pas moins cher. On te souhaite un bon voyage en Equateur, nous avons vraiment eu un coup de coeur pour ce pays, on espère que tu apprécieras aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *