La Paz : deux jours dans la “fausse” capitale

Share

La Paz, la ville la plus connue de Bolivie et qui est bien souvent prise pour sa capitale. En effet, elle s’est octroyée ce titre au détriment de Sucre qui reste cependant la capitale officielle. Difficile de ne pas la considérer comme telle étant donné que le pouvoir et les principales institutions y résident. Qui n’a jamais entendu que La Paz est la plus haute capitale du monde ?

Nous arrivons donc dans cette « fausse » capitale après 8h de bus. Il fait nuit, des milliers de lumières jaunes et bleues éclairent les collines qui entourent le centre historique de la ville, le spectacle est éblouissant.

Première mission, trouver un hôtel, ça se fait rapidement, deuxième mission qui s’avère plus compliquée trouver un  lieu où manger. C’est le 2 mai et beaucoup de restaurants sont fermés. Le 2 mai, jour férié ??? Et oui car comme le 1er mai est tombé un dimanche, le jour férié a été décalé au lendemain, le lundi 2 mai. Ici on ne rigole pas avec la fête du travail. Nous vous laissons proposer cette option à vos employeurs, vous pouvez tenter pour le 8 mai.

Le lendemain matin nous commençons la visite de la ville par le mirador Killi Killi. La ville étant entre 3800 et 4100 mètres d’altitude nous sentons bien que nous grimpons. Toutefois nos poumons semblent s’être un peu habitués à ces conditions et la montée est moins difficile que prévu. Le mirador nous offre une vue complète sur La Paz.

La Paz - Vue panoramique sur la ville

Le plus impressionnant : au fond le sommet enneigé du mont Illimani.

La Paz - Vue sur la ville et le mont Illimani

Comme le ciel est dégagé nous en profitons pour prendre un téléphérique vers un autre point de vue. Actuellement la ville compte 3 téléphériques, 4 de plus sont en construction. Nous prenons la ligne rouge qui nous mène à El Alto. El Alto est la banlieue de La Paz, située principalement sur les collines, cette ville qui compte 1,2 million d’habitants s’est construite de façon anarchique (pas d’autorisation de construction, pas de plan d’urbanisation…etc.) afin de répondre aux besoins de logements de la population.

La Paz - Vue sur El Alto du téléphérique

Puis nous nous baladons dans la ville. Les trottoirs sont bondés de monde, il y a des stands de nourritures et de produits en tout genre qui les encombrent. Des dizaines de trufis arpentent les rues, ça monte et ça descend dans tous les sens.

Nous finissons notre première journée à La Paz par la visite de l’église San Francisco. Elle a été construite entre 1744 et 1784 sur les fondements de la ville, là même où les Espagnols posèrent les premières pierres en 1548. Cette église se situe sur l’une des places principales, la plaza de los heroes, rassemblements et manifestations y sont fréquents.

Nous visitons aussi le cloître, on ne peut pas prendre des photos partout car des moines franciscains y vivent encore. Pour finir, nous montons sur le toit.

La Paz - Eglise san Francisco - Toit

Ce soir Nicolas offre un bon restaurant français à Solène pour leurs 5 ans. Au menu : planche charcuterie / fromage, confit de canard et steak tartare, mousse au chocolat et café gourmand, le tout accompagné d’une bouteille de vin rouge argentin. Cela fait du bien de retrouver les saveurs de la maison.

La Paz - Restaurant en amoureux

Bien repus, il est temps de dormir et de récupérer des forces pour le lendemain.

Ce matin nous commençons notre journée par la plaza Murillo où se dresse le palacio de Gobierno (le palais présidentiel). En ce moment cette place est très difficile d’accès en raison du contexte social. Depuis plus d’un mois des centaines d’handicapés de tous les coins de la Bolivie « marchent » vers La Paz. Ils ont atteint la ville il y a une semaine et face au refus du président de les recevoir, campent autour de la place Murillo. Leur revendication : recevoir une pension mensuelle de 500 bolivianos (environ 65 euros). Les forces de l’ordre ont monté des barricades pour les empêcher de rejoindre la place, l’accès à celle-ci est donc fortement contrôlé. Le dispositif mis en place face à 500 handicapés est impressionnant voire surréaliste de notre point de vue. Ici cet événement fait la une de tous les journaux télé depuis plusieurs jours. Après passage des barricades nous atteignons la plaza où les piétons ont laissé place aux pigeons.

Nous continuons notre visite par 4 musées. Les photos sont interdites à l’intérieur, on va essayer de vous faire un petit résumé :

Musée des pierres précieuses : nous avons pu y voir des pièces en or qui remontent à l’époque des Incas mais aucune pierre précieuse, le nom de ce musée reste encore un mystère.

Musée de la vie locale : nous y avons appris que le costume des Cholas (les bonnes femmes traditionnelles en jupons) a été reconnu patrimoine culturel de la Bolivie. Il n’a pratiquement pas évolué depuis plus d’un siècle. Concernant les coutumes, si leur chapeau est droit, elles sont mariées, s’il est de travers, elles sont célibataires. Dans la société bolivienne ce sont elles les chefs de familles.

Maison de Pedro Murillo : le même qui a donné son nom à la place. Héros national et sud américain, Murillo était le leader de la première révolution contre les Espagnols en 1809. Révolution échouée, il a fini décapité, son corps et sa tête sont conservés séparément à l’Eglise San Francisco.

Musée du littoral bolivien : ah ce fameux accès à la mer que les Boliviens ont perdu il y a plus d’un siècle suite à la guerre du Pacifique contre le Chili. Cette perte ils l’ont toujours en travers de la gorge. Il y a à peine quelques semaines le président Evo Morales faisait encore une demande auprès du tribunal international pour qu’une partie soit restituée à la Bolivie. Exemple de leur ténacité, cette inscription à l’entrée du musée.

La Paz - Musée du littoral bolivien

La Bolivie n’a pas perdu et ne perdra jamais son droit de réclamer son accès à la mer comme attribut indispensable à la vie. Le littoral fut et sera bolivien.

Nous continuons par une balade calle Linares plus connue sous le nom de rue des sorcières. On y trouve moult offrandes et remèdes contre tous les maux.

Nous faisons une petite pause déjeuner et enchainons sur le musée de la coca. Nous sommes assez surpris, voire hilares en lisant certaines informations sur la coca et ses effets. Ainsi vous serez ravis d’apprendre que la coca est la meilleure plante du monde. Stoppez toutes vos tisanes au tilleul et autres plantes banales, seule la coca vaut le coup d’être appréciée. Grâce à la coca vous aurez une plus grande ouverture d’esprit et votre conscience s’ouvrira sur d’autres univers… On vous passe le détail de tous les effets bénéfiques de la coca et du complot européen pour la diaboliser. Le sujet de la dépendance qu’elle entraine est, quant à lui, très peu abordé. Nous y apprenons cependant quelque chose de très intéressant, le coca-cola serait d’inspiration française (c’est eux qui le disent !). Dans les années 1860 un Corse créa le vin Mariani dont la recette contenait de la coca. Un pharmacien américain, Mr Pemberton repris cette recette et y ajouta un ou deux ingrédients. Il dû retirer l’alcool de cette boisson sous la prohibition et le coca-cola était né ! Le musée propose un grand nombre de recettes à base de coca, nous goûtons un cookie, ce n’est pas mauvais.

Pour finir notre deuxième et dernière journée à La Paz nous nous baladons sur l’avenue 16 de Julio. C’est l’endroit un peu plus moderne et chic de la ville. Son allée principale est longée par les magasins de vêtements de marque ainsi que par des glaciers et des pâtisseries luxueux.

C’est déjà la fin de notre séjour à La Paz, ces deux jours nous ont permis d’avoir un bon aperçu de la ville. Demain nous partons pour Copacabana, non pas à Rio mais sur les bords du mythique lac Titicaca.

Pour plus d’images, on vous laisse jeter un coup d’œil.


Pratique

Période : du 3 au 5 mai

Trajet Cochabamba – La Paz : Départs très réguliers, environ toutes les heures, du terminal de bus de Cochabamba. Compter un peu plus de 50 bolivianos par personne pour un trajet de 6h30 en théorie et 8h30 en pratique (pour 380 km)…

Hébergement La Paz : Nous avons séjourné 3 nuits à l’hôtel Asigal, rue Murillo, en plein centre historique et assez proche du terminal des bus. Hôtel très propre, chambres agréables avec salle de bain partagée (eau chaude) pour 100 bolivianos par nuit. Attention, l’hôtel se trouve à côté d’une boite de nuit et la musique s’entend vraiment beaucoup. Nous y avons séjourné en début de semaine donc pas de bruit après 21h-22h mais nous vous conseillons de vous renseigner à l’accueil sur les horaires de la boite de nuit ou d’aller voir un peu plus loin.

Trajet en téléphérique : Trois lignes existent déjà et d’autres sont en construction. Ce moyen de transport vous permettra de vous déplacer ou simplement d’admirer la vue sur la ville pour une somme modique, 3 bolivianos par trajet. Nous vous conseillons absolument la ligne rouge qui part de l’ancienne gare de La Paz, à 10 minutes à pied de la plaza de los heroes, et rejoint El Alto en quelques minutes: vue exceptionnelle sur La Paz et les montagnes enneigées. Si vous y montez un jeudi ou un samedi vous pourrez en plus profitez du grand marché d’El Alto.

Musée de la Coca : Situé rue Linares, dans la rue du marché aux sorcières, ce mini musée présente l’histoire de la coca, les traditions, ses effets, ses utilisations… Intéressant et parfois assez drôle. 15 bolivianos par personne pour environ 30 minutes de visite. Possibilité de déguster différents produits à base de coca dans le café du musée (3 bolivianos le mini cookie).

Musées de la rue Jaen : Cette belle rue pavée regroupe les 4 petits musées décris dans l’article (pierres précieuses, maison de Murillo, la vie locale et le fameux musée du littoral bolivien!).  L’ensemble se visite en une heure et avec un billet unique à 20 bolivianos. Le billet s’achète au musée Costumbrista en haut de la rue.

Restaurant La Comédie : Si vous avez envie de retrouver des saveurs françaises après quelques mois de voyage alors nous vous conseillons de dîner à la Comédie. Possibilité de déguster plusieurs plats bien français accompagnés d’une bonne bouteille de vin dans un cadre très agréable. Le prix est toutefois élevé: comptez au minimum 250 bolivianos par personne pour un menu complet avec vin pour ce petit plaisir.

2 commentaires

  1. Laveau sandrine

    Bonjour solene et nicolas
    Merci pour ces photos magnifiques, vos commentaires nous transportent et nous font voyager…..
    Pensons bien à vous , amicalement
    Sandrine et Philippe

    • Solène et Nicolas

      Bonjour à tous les deux et merci pour votre message! Ça nous fait plaisir de voir qu’on arrive à partager un petit bout de nos aventures. En espérant que tout se passe bien pour vous, bises de Puno, notre première ville du Pérou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *