L’île de Pâques : la terre des statues Moaï

Share

Après une nuit blanche dans l’avion, nous arrivons à l’île de Pâques (Rapa Nui) aux alentours de midi. A peine nos sacs à dos récupérés et le premier pied mis en dehors de l’aéroport que nous sommes accueillis avec des colliers de fleurs… Hum ça sent les vacances.

Il fait beau, il fait chaud et notre camping (parce que oui nous campons) se trouve juste en face de la mer.

île de Paques - Camping

On est un peu KO alors le programme de cet après-midi se limite à une visite en ville et à la découverte de nos premières statues Moaï.

île de Paques - Hanga Roa - Statues Moaï

On se repose pour le reste de la journée et on savoure notre premier coucher de soleil face au Pacifique.

Réveil avec le soleil. Location d’un quad et c’est parti pour un tour de l’île. Celle-ci ne faisant que 14km de long, on ne devrait pas se perdre.

Il faut savoir qu’aucune des statues Moaï n’a résisté au temps, elles sont toutes tombées ou se sont cassées. Les seules debout ont été restaurées récemment. On commence donc par visiter des sortes de ruines Moaï, les statues ont soit le nez dans la terre soit les yeux tournés vers le ciel.

Après plusieurs sites de ce type on arrive à Rano Raraku. Ancien volcan, c’est la carrière où les habitants taillaient les statues directement dans la roche. Cette roche étant fragile et friable ceci explique la fragilité des statues. Dans cette carrière certaines statues sont presque terminées.

île de Paques - Statues Moaï taillées dans la roche du volcan

Alors que d’autres sont encore à l’état d’ébauche. Ceci montre bien que la production de statues s’est arrêtée pratiquement du jour au lendemain. Pour les scientifiques différentes théories plausibles et rien de sûr :

  • Une révolte contre l’élite dirigeante dont les statues représentaient la grandeur
  • Une série de catastrophes naturelles : tsunami, sécheresse, famine, épidémie…
  • Des guerres entre tribus
  • La déforestation de l’île
  • Une légende parle d’une sorcière qui aurait ordonnée la fin de la construction des statues

Puis on repart sur notre quad en direction d’autres sites. Sur le chemin nous pouvons profiter du paysage. Alors qu’on s’imaginait une île froide et peu accueillante, avec le soleil nous observons une nature colorée.

île de Paques - Vue sur la côte

Enfin nous arrivons au site le plus impressionnant, l’ahu Tongariki : 15 statues remises dans leur position d’origine, dos à la mer et fixant l’intérieur de l’île. On est seul, aucun touriste à l’horizon, on savoure. Pas un bruit, ces statues qui nous scrutent d’un air sévère… On se sent tout petit, c’est même un peu mystique.

île de Paques - 15 statues Moaï

On regrimpe sur notre quad, petit stop à la plage d’Anakena où l’eau est bien fraîche, il faut dire qu’ici c’est l’hiver.

île de Paques - Plage

Direction le dernier site remis en état : 7 statues debout qui une fois de plus en imposent. Comme d’habitude on se demande bien ce qu’elles pouvaient représenter à l’époque et surtout comment les Pascuans ont réussi à les positionner un peu partout sur l’île.

île de Paques - 7 statues Moaï

Le lendemain matin on part pour l’intérieur de l’île ou plus précisément l’intérieur d’un des plus gros volcans de l’île le Rano Kau, bien-entendu qui n’est plus en activité depuis longtemps. Il faut savoir que toute l’île est constituée de volcans plus ou moins gros, tous éteints depuis des milliers d’années. De loin celui-ci ne ressemble même plus à un volcan, c’est la pointe que l’on voit au bout et qui se jette dans la mer.

île de Paques - volcan Rano Kau vue depuis notre camping

Arrivés en haut on commence par visiter les ruines de l’ancien village d’Orongo. Les maisons sont en pierres plates. Bon même si on n’est pas forcément fan des ruines on ne peut qu’apprécier la vue. On ne fera aucune remarque sur le fait que quand eux construisaient ça, nous nous édifions Versailles…

île de Paques - Ruines village sur volcan Rao Kau

Le temps s’éclaircie, les nuages laissent place au soleil et nous offrent une magnifique vue sur le cratère du volcan devenu un lac. On reste là une bonne partie de l’après-midi à profiter de la vue et du beau temps.

île de Paques - Cratère du volcan Rao Kau

Pour notre dernier jour à l’île de Pâques on se balade en ville.

Fin de ce voyage de quelques jours sur cette petite île perdue au milieu du Pacifique, qui n’a sûrement pas fini de nous révéler ses secrets.

On change de décor, direction la Polynésie française. Nous allons passer une semaine entre Tahiti et Moorea, comme vous pouvez vous en douter, nous sommes impatients.

Pour plus de photos on vous laisse jeter un coup d’œil.


Pratique

Période : du 5 au 8 août

Info pratique : Pour accéder aux sites restaurés qui permettent d’observer les statues il vous faudra vous acquitter d’un droit d’entrée de 30 000 CLP par personne (ou 60 dollars). Vous pourrez vous le procurer à votre descente d’avion ou à l’entrée des sites payants. Impossible de faire l’impasse sur ces sites.

Où dormir sur l’île de Pâques ?

L’île ne compte qu’une seule ville, Hanga Roa, qui concentre tous les hébergements. Globalement les prix sont très élevés mais nous avons trouvé la solution la plus économique pour profiter de cette île avec un budget backpacker : le camping Mihi noa. Vous pourrez y camper avec votre propre tente (6 500 CLP par personne) ou avec prêt de tente et matériel de couchage (7 000 CLP par personne). Pour ceux que le camping ne tente pas trop vous pourrez aussi loger dans une chambre en payant bien sûr plus cher (mais toujours meilleur marché que la plupart des hôtels de l’île). L’avantage principal de ce camping est la vue exceptionnelle qui nous accueille à notre sortie de tente tous les matins puisque le terrain est situé en bord de mer. Et aussi une grande cuisine (ustensiles un peu vieillots et pas très propres comme dans toutes les auberges), une salle avec WIFI et des sanitaires propres (un peu moins pour les femmes…). Le camping se situe à 10-15 minutes à pied du centre.

Où manger sur l’île de Pâques ?

Si vous rêvez d’un poisson grillé au feu de bois ou d’une simple pizza dans un restaurant d’Hanga Roa il va falloir sortir la liasse de pesos. La plupart des plats sont au dessus de 15 euros et on ne parle que des spaghettis bolognaises. On a donc opté pour des sandwichs préparés nous-mêmes le midi et des pates cuisinées dans la cuisine du camping pour le soir. On s’en est sorti pour un budget très correct. Pour le petit déjeuner on vous conseille d’acheter un cake dans une des boulangeries du centre ville, il est très bon et vous fera trois petit déjeuners à deux sans problème. On retiendra de cette étape la vraie moutarde Maille que l’on peut acheter dans toutes les supérettes !

Que visiter à l’île de Pâques ?

Le tour de l’île : Alors bien sûr on est venu à l’île de Pâques pour voir des statues et on en a vu un paquet ! Pour ce tour vous aurez le choix entre une visite guidée d’une journée à 25 000 CLP par personne, certainement intéressante mais en groupe et en bus de touristes, ou bien une location de voiture/scooter/quad/vélo. On a opté pour la location de quad à 40 000 pesos la journée, un peu cher mais toujours moins qu’un tour guidé et beaucoup plus de liberté. Une fois votre véhicule loué empruntez la seule route qui fait le tour de l’île en commençant idéalement en direction de l’aéroport. Vous pourrez vous arrêter tout le long pour admirer les paysages et dans les lieux touristiques restaurés pour admirer les statues remontées sur leurs socles. Une heure trente de conduite suffit à faire le tour mais comptez la journée pour tout voir tranquillement avec en plus la pause baignade à l’extrémité de l’île sur la plage d’Anakena.

Randonnée jusqu’au cratère de Rano Kau et village d’Orongo : En partant d’Hanga Roa longez le bord de mer en direction de bout de la piste de l’aéroport puis continuez une dizaine de minutes après cette dernière. Vous trouverez un sentier sur la droite qui vous mènera au sommet. Comptez environ 1h30 de marche jusqu’à Orongo. Entrée avec le billet touristique.

4 commentaires

  1. Les habitants , ceux qui bougent, ont de l’espace , du bon air et du calme. Bises

  2. Solène en camping !!!? T’es devenue une veritable aventurière! Bravo 🙂
    Pour la partie mystique de ces statues, je pense qu’elles ne rivalisent pas avec les menires qu’on a vu en Bretagne!! Mais j’avoue que le décore en ile avec les anciens volcans leurs donne un certain charme…
    Profitez bien et Gros bisous a vous deux du Bassin d’Arcachon <3

    • Solène et Nicolas

      Salut Youcef, et oui on me maltraite on me fait dormir en camping 😉 Heureusement qu’au réveil la vue était magnifique. En tant que Bretonne je suis tout à fait d’accord avec ta comparaison sur les menhirs, mais il faut quand même avouer que ces statues sont plus impressionnantes, plus imposantes… En tout cas j’espère que vous passez de bonnes vacances tous les 4. On vous fait des bisous de Nouvelle Zélande

  3. Ping :ON EST PARTI à Malte : une île intemporelle au cœur de la Méditerranée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *